La police demande à la justice de jouer le jeu dans le «9-3» 

le
0
Alors que la lutte antidrogue s'intensifie, les remises en liberté de dealers se sont multipliées.

Dans les services de police du «9-3», ce revers n'a toujours pas été digéré : un dealer présumé, arrêté en flagrant délit au début du mois, avec 50 kg de cannabis, a été remis en liberté sous contrôle judiciaire par un juge des libertés et de la détention (JLD) du tribunal de grande instance de Bobigny, cinq jours plus tard. «Combien de kilos de drogue faut-il posséder aujourd'hui en Seine-Saint-Denis pour craindre la prison ?», interroge, furieux, un proche du ministre de l'Intérieur. Cette affaire est emblématique des difficultés rencontrées par la police dans son travail harassant contre les trafics en tous genres qui gangrènent ce département plus exposé que tout autre aux ravages de l'économie parallèle.

«Couacs judiciaires»

Le 1er juillet dernier, en effet, la BAC d'Aulnay-sous-Bois se rend dans la cité des 3000. Elle tombe sur deux individus qui se débarrassent de sacs de sport, en la voyant arriver. L'un d'eux, Ramzi T., 30 ans, est inter

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant