La police de New York mise en cause après un décès

le
0

NEW YORK, 23 août (Reuters) - Plusieurs milliers de personnes ont défilé dans le calme, samedi, à Staten Island, pour exprimer leur indignation après la mort le mois dernier à New York d'un homme immobilisé par strangulation - un geste interdit - lors de son interpellation par la police. Le décès d'Eric Garner, qui était âgé de 43 ans et père de six enfants, alimente le débat sur les violences policières, en particulier à l'égard des minorités, relancé par la mort de Michael Brown, un jeune Noir de 18 ans tué le 9 août par un policier blanc à Ferguson, dans le Missouri. ID:nL5N0QT04O "Si vous pouvez lui faire cela à lui, c'est qu'aucun citoyen n'est à l'abri et ne comptez pas sur nous pour nous taire quand cela se produit", a déclaré le révérend Al Sharpton, avant de prendre la tête du cortège, parti du quartier où le décès s'est produit. Parmi les manifestants se trouvait notamment l'ancien gouverneur de New York David Patterson. Le médecin qui a examiné le corps d'Eric Garner, interpellé alors qu'il vendait des cigarettes, a conclu qu'il s'agissait d'un homicide par compression du coup et de la poitrine, même s'il a jugé que son surpoids et l'asthme dont il souffrait avaient contribué à son décès. (Natasja Sheriff, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant