La police de Baltimore a systématiquement violé les droits-DoJ

le
0
    WASHINGTON, 10 août (Reuters) - La police de Baltimore a 
systématiquement violé les droits constitutionnels des habitants 
de la ville, visant en particulier la population noire, selon 
une enquête menée par le département de la Justice américain à 
la suite de la mort l'an dernier d'un homme noir, Freddie Gray, 
du fait de blessures subies après son interpellation. 
    L'enquête, qui sera officiellement rendue publique lors 
d'une conférence de presse à Baltimore prévue dans la journée, 
avait été ouverte peu après la mort de Freddie Gray, survenue en 
avril 2015. 
    Le jeune homme de 25 ans est décédé le 19 avril 2015 à la 
suite de blessures subies après son interpellation, une semaine 
plus tôt. Il a notamment été blessé au cou après avoir été 
menotté mains dans le dos dans un fourgon de la police. 
    La mort de Freddie Gray avait provoqué de violentes émeutes 
à Baltimore, ville de quelque 620.000 habitants où la population 
noire est majoritaire, et alimenté le débat sur le traitement 
des minorités aux Etats-Unis. 
    Dans le rapport de 163 pages du département de la Justice, 
il est écrit que la police de Baltimore a pris l'habitude de 
procéder à des fouilles et des arrestations contraires à la 
constitution, des actions illégales qui ont, de manière 
disproportionnée, affecté les habitants noirs de la ville. 
    Les forces de la police de Baltimore ont également eu 
recours à un usage excessif de la force, ajoute le rapport. 
    "Cette tendance ou ces pratiques sont le fait de déficiences 
systémiques sein du département de police de Baltimore en 
matière de (...) formation, supervision ou encore structures de 
responsabilisation (...)." 
    Un porte-parole de la police de Baltimore n'a pas répondu 
dans l'immédiat à une demande de réaction. 
    Fin juillet, les poursuites contre les trois derniers 
policiers américains impliqués dans la mort de Freddie Gray ont 
été abandonnées, le parquet n'ayant pu prouver les accusations. 
  
 
 (Ian Simpson et Julia Harte, Benoît Van Overstraeten pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant