La police à la recherche de preuves dans l'affaire DSK

le
0
A la demande des autorités américaines, le directeur du FMI a accepté de se soumettre à un examen scientifique et médico-légal. Objectif : vérifier si le corps de DSK porte des traces d'égratignures et d'ADN de la femme de chambre qui l'accuse.

La police new-yorkaise cherche des preuves matérielles pour étayer ses accusations contre Dominique Strauss-Kahn. La comparution du patron du Fonds monétaire international, inculpé de tentative de viol sur une employée d'hôtel, prévue dimanche soir a été repoussée pour permettre aux enquêteurs d'effectuer des tests. «Dominique Strauss-Kahn a, de son plein gré, accepté de nouvelles analyses scientifiques et médico-légales à la demande des autorités», a précisé un de ses avocats William Taylor. Le socialiste «va bien mais est fatigué».

Selon le New York Daily News, il aurait été conduit dans un hôpital. Le directeur général du FMI va être examiné pour voir s'il porte des signes de lutte, comme des égratignures ou des griffures, qu'il aurait pu subir au cours d'une éventuelle confrontation avec la femme de chambre du Sofitel. Les médecins vont aussi regarder s'ils ne retrouvent pas des traces d'ADN de la jeune femme sous les ongles de Dominique Strauss-...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant