La polémique Thatcher continue autour des funérailles

le
0
LES FUNÉRAILLES DE MARGARET THATCHER SUSCITENT LA POLÉMIQUE
LES FUNÉRAILLES DE MARGARET THATCHER SUSCITENT LA POLÉMIQUE

par Estelle Shirbon

LONDRES (Reuters) - Les polémiques et les divisions qui traversent la société britannique au sujet de Margaret Thatcher, décédée lundi, se sont intensifiées mercredi autour de l'organisation de ses obsèques, prévues dans une semaine.

La "dame de fer", qui a refusé des funérailles nationales, doit cependant faire l'objet mercredi prochain d'un hommage exceptionnel.

L'ultime voyage de l'ancien Premier ministre la conduira d'une chapelle du palais de Westminster à la cathédrale Saint-Paul, où sa dépouille arrivera dans un cercueil hissé sur un affût de canon de la garde royale. Le corps de Margaret Thatcher sera par la suite incinéré.

Contrairement au protocole voulant que les souverains britanniques n'assistent pas aux obsèques de personnalités politiques, la reine Elizabeth et le prince Philip seront présents.

La reine s'était déplacée la dernière fois pour ce genre de cérémonie en 1965 à l'occasion des obsèques nationales de Winston Churchill, le héros de la Seconde Guerre mondiale.

Pour ses adversaires, Margaret Thatcher est une personnalité trop clivante pour justifier une cérémonie s'apparentant à celles réservées aux membres de la famille royale, comme la princesse Diana ou la reine-mère.

"Privatisons ses obsèques. Faisons un appel d'offres et choisissons la moins coûteuse. C'est ce qu'elle aurait voulu", ironise le cinéaste Ken Loach, qui a dans plusieurs de ses films dénoncé l'impact du thatchérisme sur les classes populaires.

"L'ADIEU À DIX MILLIONS DE LIVRES"

Une pétition en ce sens a circulé sur internet et recueilli 34.000 signatures, avant d'être retirée sans explication mercredi matin.

Le Daily Mirror, quotidien de centre gauche, a vitupéré contre "l'adieu à dix millions de livres", une estimation du coût des obsèques qualifiée de "pure spéculation" par le gouvernement conservateur, qui a annoncé que la facture serait publiée.

Le Parlement a interrompu mercredi ses vacances de printemps pour consacrer sept heures et demie à un débat sur les années Thatcher et l'héritage politique laissée par la Baronne.

Certains députés travaillistes ont refusé de participer aux échanges. "Plutôt être dans une salle de torture", a lâché au micro de la BBC Ronnie Campbell, un élu du nord de l'Angleterre.

Le Daily Telegraph, organe de presse proche des conservateurs, a indiqué qu'il avait fermé sur internet les commentaires au sujet de la mort de Margaret Thatcher en raison des insultes proférées.

La chanson "Ding Dong ! La sorcière est morte !" du film "Le magicien d'Oz" datant de 1939 et remise au goût du jour par les anti-Thatcher, s'est retrouvée n°10 des meilleurs ventes de singles.

Des incidents et des scènes de joie ont eu lieu lundi soir peu après l'annonce de la mort de l'icône conservatrice dans plusieurs villes du nord du pays, comme Liverpool et Glasgow, qui furent particulièrement touchées par le démantèlement des entreprises publiques décidé par le gouvernement Thatcher.

Selon The Independent et l'Evening Standard, la police pourrait procéder à des arrestations préventives pour empêcher toute perturbation le jour des funérailles.

Pascal Liétout pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant