La polémique sur le dépistage de la trisomie au Sénat

le
0
Le diagnostic prénatal restera systématique et ne sera pas soumis à la décision du médecin.

Le risque d'anomalie chez un enfant à naître doit-il être mesuré systématiquement? Le dépistage étendu de la trisomie 21 relève-t-il de l'eugénisme? Est-ce au médecin ou aux parents d'initier les tests de dépistage prénatal? Après l'Assemblée, au Sénat de trancher mercredi soir ces questions polémiques dans le cadre de l'examen du projet de loi relatif à la bioéthique. Le suivi médical des grossesses en France ne changera pas.

En février, un amendement de Jean Leonetti (UMP), adopté à l'Assemblée nationale, contre l'avis du ministre de la Santé, a mis le feu aux poudres. Ce dernier précise que le diagnostic prénatal serait proposé à la femme enceinte «lorsque les conditions médicales le nécessitent» et non plus dans tous les cas.

«On privilégie en fait le pouvoir du médecin»

Actuellement, le test sanguin de dépistage - qui concerne avant tout la trisomie 21 - est proposé à toutes les femmes. La majorité d'entre elles s'y soumettent mais elles

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant