La poisse de Bielsa en Copa América

le
0
La poisse de Bielsa en Copa América
La poisse de Bielsa en Copa América

Marcelo Bielsa a participé a deux Copa América. Deux fois sur le banc de l'Argentine, en 1999 et 2004. Deux expériences dont il est ressorti un peu plus dingue qu'avant.

"Ce n'est pas possible, ce n'est pas possible..." Dans l'aéroport d'Asunción, Marcelo Bielsa fulmine. La veille, son Argentine s'est fait sortir par le Brésil en demi-finale de la Copa América. Rivaldo et Ronaldo ont répondu à Sorín qui avait ouvert le score dès la dixième minute. Mais ce n'est pas ce résultat négatif enregistré face au pire ennemi de l'Albiceleste qui rend fou El Loco. L'ennemi se trouve à l'intérieur de son camp : un jeune lâche qui a osé s'épancher dans les médias, après n'avoir pas joué une minute en cinq matchs. Le sélectionneur vient de se faire rapporter le contenu de l'interview donnée à une radio. Dans le hall de l'aéroport, il convoque alors ses joueurs. Le dialogue à suivre a été rapporté par le quotidien Clarín. Bielsa : "Calderón ne mérite pas d'appartenir à l'équipe, c'est une merde." Réponse du buteur d'Independiente : "Et vous un fils de pute ! Pourquoi m'avoir amené ? Pour me promener ?" José Luis Calderón claque sa première reprise de volée de la Copa América, avant de s'avancer vers El Loco. Front contre front, les deux hommes ne sont alors pas loin d'en venir aux mains, avant de garder raison. Épilogue fracassant du premier tournoi de l'ère Bielsa en Argentine, qui durera six ans.

Pour l'Albiceleste, la Copa América 1999 avait pourtant plutôt bien débuté. Une victoire aisée face à l'Équateur (3-1) qui permettait à Marcelo Bielsa de pouvoir travailler sereinement, alors qu'il était attendu au tournant pour son premier match en compétition officielle à la tête de l'Argentine. Mais la polémique s'est rapidement invitée à la table ciel et blanc. La faute à ce cancre de Martin Palermo. Ce 4 juillet à Luque (banlieue d'Asunción), un exploit inédit se produit lors d'Argentine-Colombie. Auteur d'un doublé face à l'Équateur, un Palermo en confiance va se présenter trois fois devant le point de penalty, pour autant d'échecs. Un comique de répétition que défendra Marcelo Bielsa en conférence de presse. "Ce joueur a un grand passé de goleador, toute une trajectoire, il a en plus toujours été optimiste, il a cru en lui et je l'ai accompagné."





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant