La plupart des Bourses européennes terminent en hausse

le
0
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - À l'exception de Londres, les Bourses européennes ont terminé en légère hausse vendredi, en l'absence de catalyseurs majeurs et dans une atmosphère moins volatile.

Le moral des entrepreneurs allemands, culminant à un pic de 18 mois, n'a pas réussi à pousser plus haut des indices européens déjà arrivés à des record pluriannuels.

À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 0,58% (+24,63 points) à 4.278,53 points. Sur la semaine, l'indice a cédé 0,32%. Le Dax allemand a pris 0,25%, tandis que le Footsie britannique a perdu 0,11%. L'EuroStoxx 50 a gagné 0,35% et le FTSEurofirst 300 0,10%.

Au moment de la clôture en Europe, la Bourse de New York était en petite hausse, au lendemain d'une séance qui a vu le Dow Jones enregistrer un nouveau record, alors que la semaine prochaine sera écourtée pour cause de Thanksgiving.

"Les marchés actions européens restent très proches de leurs niveaux records et tout rétrogradage est mineur. A moins d'un changement, des gains supplémentaires sont fort à prévoir d'ici la fin de l'année", a déclaré Lex van Dam, gérant de fonds chez Hampstead Capital.

Par ailleurs, l'indice de volatilité de l'EuroStoxx 50 - encore appelé indice de la peur - est tombé à son plus bas niveau depuis début 2007 dans le courant de la journée avant de finir sur une perte de 5,43%.

Contribuant au sentiment positif, Dennis Lockhart, président de la Réserve fédérale d'Atlanta, a déclaré sur CNBC vendredi que la politique monétaire de la Fed resterait accommodante pendant longtemps, peut être même des années, même quand elle aura amorcé le dénouement de sa politique d'assouplissement quantitatif.

L'euro a dépassé son plus haut de quatre ans face à la monnaie japonaise et évolue autour de 137 yens, tout en poursuivant sa progression face au dollar (+0,50%), encouragé par l'indice Ifo allemand.

Après avoir atteint dans la semaine un plus haut de deux mois, les rendements des Treasuries se détendent légèrement, autour de 2,76% pour l'échéance de référence à 10 ans.

Les cours du pétrole évoluent en ordre dispersé, le Brent progresse dans un contexte d'incertitude quant à la signature d'un accord sur le nucléaire iranien, tandis que le Brut léger américain fléchit, après avoir enregistré la veille son gain le plus important en près de deux mois.

Constance De Cambiaire pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant