La plupart des Bourses européennes terminent dans le vert

le
1
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES
LA CLÔTURE DES BOURSES EUROPÉENNES

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé lundi dans le vert à l'exception de Londres, pénalisée une nouvelle fois par le secteur minier lors d'une rude journée pour les valeurs liées aux ressources de base.

Paris a gagné jusqu'à plus de 1% en séance avant d'atténuer ses gains sous l'effet d'un retournement à la baisse des cours du pétrole. L'indice parisien CAC 40 a finalement gagné 21,57 points, soit 0,5% à 4.322,81 points.

À Francfort, le Dax s'est adjugé 1,12% tandis qu'à Londres, le FTSE a reculé de 0,18% après s'être retourné à la baisse.

L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 et l'EuroStoxx 50 de la zone euro ont pris respectivement 0,43% et 0,65%.

La tendance a d'abord été soutenue par la hausse des cours du pétrole et l'adoption d'un plan de réformes en Grèce, où la Bourse d'Athènes a fini à +0,74%.

Le brut léger américain et le Brent de mer de Nord sont rapidement repartis à la baisse pour perdre respectivement plus de 2% et plus de 3% après un rebond ne tenant pas compte, selon certains analystes, des réalités du marché.

Les ressources de base, dont l'indice du Stoxx 600 perd 6,57%, plus forte baisse sectorielle en Europe, ont souffert dans le sillage d'un indicateur signalant un repli plus marqué que prévu des importations chinoises au mois d'avril.

Anglo American perd ainsi près de 14%, la plus forte baisse de l'Eurofirst 300 devant ArcelorMittal qui abandonne plus de 12%, de loin le plus net recul du CAC.

A Francfort, le Dax a été soutenu notamment par Volkswagen, qui a gagné plus de 2% alors que le fonds activiste TCI Fund Management vient de lancer une offensive contre la direction du groupe automobile, qu'il juge sous-performante et trop payée.

A Milan, Banco Popolare a perdu 8,75%. Ses actionnaires ont approuvé samedi l'augmentation de capital d'un milliard d'euros dans le cadre du projet de fusion de la banque avec sa concurrente Banca Popolare di Milano (-7%), qui donnera naissance à la troisième banque du pays.

Sur le marché des changes, le dollar s'est repris pour toucher un pic de dix jours face au yen, un mouvement favorisé par des déclarations du ministre des Finances japonais, Taro Aso, évoquant une intervention possible sur le marché des changes.

A l'heure de la clôture en Europe, les indices de Wall Street évoluent en ordre dispersé dans un marché toujours animé par le débat sur le calendrier du relèvement des taux d'intérêt.

(Patrick Vignal pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. il y a 7 mois

    Vraiment pas de quoi pavoiser!