La pluie se fait rare depuis janvier, la sécheresse rôde

le
0
Plus de 50% des réservoirs affichent un niveau inférieur à la normale. Les pluies qui arrivent après le mois de mars servent la nature, pas les nappes phréatiques.

Les premiers arrêtés préfectoraux limitant l'usage de l'eau ont fait leur apparition (Essonne, Seine-et-Marne, Charente, Charente-Maritime et Deux-Sèvres). Une situation qui pourrait s'aggraver dans les semaines et les mois qui viennent. Le déficit pluviométrique est en effet considérable depuis le début de l'année et le soleil qui darde ses rayons réjouit autant les touristes qu'il inquiète les agriculteurs.

Si la pluviométrie était normale à l'automne 2010, la situation a commencé à se dégrader durant l'hiver avec un léger déficit qui est devenu très important en ce début de printemps. «À mi-avril, la quantité d'eau tombée ne représente que la moitié de ce que l'on attend en cette période», explique Michel Schneider, ingénieur à la direction de la climatologie de Météo France. Cela fait un certain temps que la France n'a pas connu plusieurs mois d'affilée aussi secs. Le début de l'année et les mois de mai et juin de 2005 avaient été sans eau, mais

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant