La place Tahrir face au piège de la violence

le
0
L'Égypte semble de nouveau dans une impasse avec des hordes de jeunes face à des forces de sécurité qui ne connaissent que la brutalité.

Une nuit a suffi pour que les alentours de la place Tahrir se transforment à nouveau en champ de bataille. Après les affrontements entre supporteurs de deux équipes de football à Port-Saïd, qui ont fait au moins 74 morts, plusieurs milliers d'Égyptiens, dont une large part d'«ultras», sortes de hooligans, sont descendus jeudi soir dans la rue pour manifester leur colère à l'égard du Conseil militaire, qu'ils jugent incapable d'assurer la protection des citoyens. Des heurts violents ont alors éclaté entre manifestants et forces de l'ordre. Une énième vague de violence qui s'est poursuivie vendredi, entraînant la mort de quatre activistes.

Jeudi soir, il était environ vingt heures lorsque la manifestation a tourné à la confrontation avec les forces de police. Dans le hurlement de sirènes d'ambulances, plusieurs milliers de manifestants, emmenés par les ultras du club de Zamalek, les White Knights, ont assiégé le ministère de l'Intérieur. Masque à gaz vissé sur l

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant