La place de Clichy

le
0
La place de Clichy
La place de Clichy

Saison après saison, le temps de jeu de Gaël Clichy à City a diminué comme peau de chagrin. Sans jamais se plaindre, l'ancien Bleu a toujours accepté les choix de ses coachs, alors que son rôle à Manchester devient de plus en plus flou.

Sans Ziad Takieddine, mais tout de même à coups de grosses valises de billets, Manchester City a bâti son armada. Du monde, beaucoup, des noms en pagaille, du cher, du clinquant, mais pas toujours de l'efficace, surtout derrière. Car si City a déjà coché la case " choper des attaquants capables d'en planter plus de trente par saison " dans sa to do list, après des années à empiler les joueurs, le chantier principal des Citizens reste la défense. Pourtant, quelques belles performances ont été oubliées, et lors de leurs titres en 2012 et 2014, les maillots bleus de Manchester étaient soit la meilleure défense du championnat, soit la deuxième. Mais l'ombre rassurante et éternelle du pilier Vincent Kompany commence à être bien usée. Le Belge a encore quitté le terrain après un choc ce week-end en Premier League, et ne sera pas du déplacement à Mönchengladbach. Autour de lui, les dirigeants mancuniens ont souvent dépensé beaucoup pour pas grand-chose, s'attachant les services, en vrac, de Nastasić, de Stefan Savić, de Demichelis ou de Mangala, sans jamais s'offrir d'assurance tous risques. Et au-delà de la charnière centrale, City va devoir réfléchir à l'avenir qu'il veut pour ses ailes. Le quatuor Sagna-Zabaleta-Kolářov-Clichy tourne depuis l'été 2014, est plutôt costaud sur le papier, mais a déjà presque trente-deux ans de moyenne d'âge. Pire, certains éléments sont en fin de cycle, à l'image de Gaël Clichy, de plus en plus laissé sur le côté par Pep Guardiola, et qui n'est plus sous contrat que jusqu'à la fin de la saison.

La fin du rêve bleu


Sans trop se cacher, City et Clichy semblent envisager leur avenir l'un sans l'autre. Les Sky Blues commencent à lui montrer gentiment le chemin de la sortie en l'utilisant de moins en moins, lui préférant la plupart du temps Kolářov. Pour l'instant, cette saison, il n'a joué que cinq matchs, et sa contribution aux exploits de Manchester est allée en diminuant depuis son arrivée en 2011. Lors de sa première saison, il assurait plus de quarante matchs, dont vingt-huit

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant