La piste du motard s'effondre pour la tuerie de Chevaline

le
5
LA PISTE DU MOTARD S'EFFONDRE DANS L'AFFAIRE DE LA TUERIE DE CHEVALINE
LA PISTE DU MOTARD S'EFFONDRE DANS L'AFFAIRE DE LA TUERIE DE CHEVALINE

LYON (Reuters) - Deux ans et demi après la tuerie de Chevaline qui a fait quatre morts en Haute-Savoie, la piste du motard aperçu sur les lieux du drame s'est effondrée, a-t-on appris vendredi de source proche de l'enquête.

Ce motard, un Lyonnais qui se rendait au col de Chevaline pour pratiquer le parapente, a été identifié après de longues recherches et mis hors de cause par les enquêteurs, a-t-on précisé, confirmant une information de France Info.

L'homme dont le portrait-robot avait été diffusé dans la presse doit cependant "être entendu une nouvelle fois", a-t-on précisé de source proche de l'enquête.

Les gendarmes estiment qu'il a pu croiser les tueurs en partant de la Combe de la Ire, théâtre de la tuerie du 5 septembre 2012, et apporter peut-être de nouveaux éléments.

Trois membres d'une famille britannique d'origine irakienne, et un cycliste français ont été tués avec une seule arme, un Luger ancien utilisé dans l'armée suisse.

Les gendarmes ont identifié le motard grâce à des images de vidéosurveillance, ainsi qu'à son téléphone portable, repéré dans la zone du crime, précise France Info. Le jour de la tuerie, il avait été arrêté par deux gardes-forestiers alors qu'il allait s'engager sur un sentier piétonnier.

L'homme a bien reconnu avoir été sur les lieux le 5 septembre 2013, mais "a fourni des éléments permettant de l'innocenter".

Le motard ne s'était pas signalé spontanément malgré la diffusion d'avis de recherche mais a dit ne pas avoir fait le rapprochement entre le portrait-robot et lui.

Cette piste était à ce jour la plus sérieuse suivie par l'enquête. En février 2014, elle avait déjà amené à l'interpellation d'un motard qui répondait au signalement de l'homme aperçu le 5 septembre 2012.

Mais l'implication de cet ancien policier municipal de la région n'avait finalement pas été établie. Il a néanmoins été mis en examen pour "trafic d'armes en bande organisée", un véritable arsenal d'armes datant de la Seconde Guerre mondiale ayant été retrouvé chez lui.

Le dernier espoir des enquêteurs repose désormais sur la présence d'un 4x4 aperçu par des témoins près des lieux du drame, selon une enquête de la BBC, et dont les occupants sont toujours inconnus.

(Catherine Lagrange, édité par Gérard Bon)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • PAINPONT le vendredi 6 mar 2015 à 14:03

    Soit un mari trompé ,un collègue jaloux .Il est également possible que ce cycliste soit responsable de façon direct ou indirect d'un suicide ou d'un décès . Gros boulot que de recenser tous les suicides et accidents ayant eut des connexions avec ce cycliste

  • PAINPONT le vendredi 6 mar 2015 à 13:58

    Un événement d'ordre passionnel a déclenché cette violence . De toute façon le tueur va été prévenu du départ et de la destination du cycliste .Cela restreint les possibilités .

  • PAINPONT le vendredi 6 mar 2015 à 13:55

    J'ai toujours pensé que c'était le cycliste la clé de l'affaire ,il a suscité une haine féroce pour qu'un tueur lui tire dessus a 6 ou 7 reprises

  • PAINPONT le vendredi 6 mar 2015 à 13:09

    Effectivement ,posséder un casque aussi rare , être sur les lieux ,ne rien avoir entendu ni vu et ne pas se manifester c'est très étrange ,pour ne pas dire suspect .

  • M4709037 le vendredi 6 mar 2015 à 13:03

    malgré le tapage médiatique et la publication d'un portrait robot bizarre de ne pas s'être manifesté auprès des enquêteurs.