La piste de trois militaires néonazis exclus du 17e RGP

le
2
Suite aux tueries de Toulouse et Montauban, la police s'intéresse à ces hommes exclus de l'armée en 2008 pour leurs penchants radicaux.

La police tient-elle une piste sérieuse? Dans le lot des suspects ciblés par la PJ pourrait figurer, comme l'a révélé Le Point , trois hommes, dont l'un se serait déjà présenté aux autorités: des anciens militaires du 17e RGP. C'est le régiment para dont deux jeunes ont été tués à Montauban le 15 mars.

En 2008, le «17» s'était illustré par un scandale. Ayant détecté dans ses rangs des soldats proches des mouvements «néonazis», l'armée avait décidé de sévir. Jamel Benserhir, un ancien militaire, avait dénoncé à sa hiérarchie les agissements de trois «frères d'armes» qui allaient jusqu'à se faire prendre en photo faisant le salut nazi, drapés dans un drapeau à croix gammée. Ce cliché avait alors été publié par Le Canard enchaîné.

Les trois nostalgiques du IIIe Reich ont été «lourdement sanctionnés», puis renvoyés. Signe particulier: ces soldats avaient des tatouages «particulièrement explicites», selon leur dénonciateur. Or, parmi le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • tmf43 le mardi 20 mar 2012 à 11:05

    100 % OK avec toi, bercam.Je ne désigne personne, mais suivez mon regard....

  • bercam01 le mardi 20 mar 2012 à 10:24

    Ah, les néonazis, c'est un vrai bonheur de les avoir sous la main... Si on ne les avait pas, il faudrait les inventer. Et puis ça évite de se poser trop de questions, notamment "à qui profite le crime ?"...