La pionnière Corinne Diacre ?

le
0
La pionnière Corinne Diacre ?
La pionnière Corinne Diacre ?

Il y a un an, Clermont Foot avait innové en plaçant Helena Costa à la tête de son équipe masculine, en L2, puis Corinne Diacre qui a tenu la barre et obtenu le maintien du club. De quoi entrevoir l'arrivée d'autres femmes sur des bancs de touche masculins ?

" C'est un pari gagné, mais seulement une première étape. Elle a prouvé qu'elle n'était pas moins compétente que ses prédécesseurs. Si elle avait échoué, cela aurait été mal interprété, on aurait dit que les femmes n'avaient pas le niveau, alors qu'un échec sportif n'est pas forcément la faute de l'entraîneur seul, plein de paramètres entrent en compte. " Sonia Souid savoure, car c'est elle qui, au printemps dernier, avait glissé à Claude Michy l'idée de nommer une femme pour remplacer Régis Brouard, l'entraîneur en partance pour Niort. Séduit par la possibilité d'être le premier club professionnel à installer une technicienne à la tête de son équipe première, le président clermontois se penche alors sur les CV disponibles. Et avec l'agent Sonia Souid, ils ne voient au départ qu'un profil vraiment idoine : Helena Costa, forte d'une grande expérience comme formatrice (Benfica, Qatar), recruteur (Celtic Glasgow), sélectionneur (Iran) et même entraîneur d'une équipe masculine de niveau régional au Portugal (Cheilerense).

Corinne Diacre nommée en catastrophe


Mais à peine la reprise débutée, elle quitte son poste pour désaccord avec son directeur sportif, et Corinne Diacre la remplace au pied levé. Une donnée qui renforce son mérite selon Sonia Souid, car " elle a pris le train en marche et, en plus, elle avait la pression du néophyte à ce niveau ". Neuf mois plus tard, le maintien de Clermont acquis malgré un début de saison poussif, les instigateurs de ce transfert atypique peuvent souffler, d'autant que selon Souid, si cela avait foiré, " on nous aurait traités de fous ". Mais aujourd'hui, l'expérience de Corinne Diacre tend à crédibiliser les femmes comme responsables d'équipes masculines selon Bertrand Cauly, président du Syndicat national des agents sportifs (SNAS) : " Se demander si les femmes vont désormais être plus crédibles, c'est déjà répondre oui, car seule la réussite compte et Corinne Diacre a rempli ses objectifs. " Même si Sonia Souid préfère prévenir : " Corinne doit oublier sa condition de femme pour réussir, car si elle monte en Ligue 1, on parlera de miracle, si elle descend, on dira à nouveau que c'est logique... " Alors même qu'elle a prouvé - à l'instar de Stéphanie Frappart qui, elle, a pris place comme arbitre de champ en Ligue 2 masculine - que le " sexe faible " était capable de performer au milieu des hommes. Et éventuellement de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant