La photo d'un village français pour promouvoir le tourisme... en Turquie

le
0
La photo d'un village français pour promouvoir le tourisme... en Turquie
La photo d'un village français pour promouvoir le tourisme... en Turquie

Victime d'une probable méprise orthographique, Gordes, célèbre village français du Vaucluse, s'est retrouvé en photo dans une brochure vantant les mérites touristiques d'une région de l'ouest de la Turquie. Dans cette publication, l'office de la culture et du tourisme de la région de Manisa a confondu Gordes, dans le sud de la France, avec Gördes, une de ses localités, rapporte l'agence de presse Dogan.

«Gördes, au coeur de la forêt», s'extasie la brochure sous une photo du village français presque homonyme. Un peu gêné, le directeur provincial de la culture et du tourisme turc, Erdinç Karaköse, a rejeté la faute sur l'agence publicitaire qui réalisé la brochure. «Notre but n'est pas de promouvoir un village français», a-t-il tenu à préciser. Et d'ajouter, confus, «malgré de multiples contrôles, cette photo d'à peine 4 centimètres carrés nous a échappée».

Problème pour le responsable turc, environ 50 000 exemplaires de la brochure de 248 pages, intitulée «Manisa, une ville de marque», ont été distribués aux acteurs du secteur touristique et vendus à des étudiants 5 livres turques pièces (environ 2 euros).

«Ca prouve que nous sommes très connus», a réagi mercredi Maurice Chabert, le maire du Gordes français. Célèbre pour ses maisons construites à même le roc et son château, la Gordes française, 2 000 habitants, figure au classement des «plus beaux villages de France». «Nous avons été élu plus beau village du monde par CNN l'an dernier», souligne m'édile, qui précise que plus d'un million de touristes, dont beaucoup d'étrangers, visitent chaque année sa commune.

La Gördes turque, quant à elle, est une petite ville de 10.000 habitants, perchée à quelque 600 m d'altitude, réputée pour ses ateliers de fabrication de tapis à l'ancienne. Cette méprise est une première, selon le maire. «Il arrive parfois des histoires invraisemblables. Une fois, on a même dit que j'avais pris un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant