La perpétuité requise contre Jean-Michel Bissonnet

le
0
Accusé d'avoir commandité l'assassinat de son épouse Bernadette, le 11 mars 2008, il a de nouveau refusé de comparaître mardi. Récit d'audience.

Auparavant, oeuvrèrent les laboureurs. Mes Luc Abratkiewicz et Jean-Robert Phung, conseils du frère de Bernadette Bissonnet, avocats de combat même en partie civile, tracent de profonds sillons dans le dossier. Le sens implacable de l'audience qui, le 10 janvier, s'est ouverte aux assises de l'Hérault, tire leur charrue, et leur talent la pousse, autant dire que le travail est efficace. Le premier raconte comment, selon lui, Jean-Michel Bissonnet a commandité l'assassinat de Bernadette. Le second explique pourquoi, proposant du principal accusé un habile portrait psychologique. Plutôt que de dépeindre un homme, Me Phung décortique brillamment un système mental autour duquel M. Bissonnet organise toutes ses activités. Les jurés ne relâchent pas leur attention une seule seconde.

Quand vient le temps de la parole pour le ministère public, il ne lui reste plus qu'à semer sa démonstration. L'avocat général Georges Gutierrez se lève le premier. Il se tourne d'abord, avec dü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant