La permaculture : un art de vivre «autosuffisant»

le
0
La permaculture : un art de vivre «autosuffisant»
La permaculture : un art de vivre «autosuffisant»

La permaculture, c’est une philosophie pensée par deux Australiens au milieu des années 70 et dont le nom est une contraction de «permanent» et «culture», qui se développe tranquillement dans le jardin et l’esprit des écolos à la main verte.

Un art de vivre avant tout

Pour Carine Mayo, auteure du « Guide de la permaculture au jardin », la permaculture suppose de « cultiver en accord avec la nature, mais c’est aussi une philosophie selon laquelle il faut être capable d’assurer sa subsistance ». En permaculture, rien de ne se perd tout se transforme. On retrouve ainsi quelques principes de base, chéris par les éco-citoyens, comme le recyclage des déchets et le compost, ou encore les toilettes sèches, mais pas seulement …

Le but de cet art de vivre est de tendre à l’autosuffisance, autant que possible, pour fonctionner sur un « principe de boucle » entre la terre cultivée et l’être humain, afin d’éviter l’épuisement des ressources. Les permaculteurs favorisent donc souvent les plantes vivaces, voire perpétuelles, qui donneront plusieurs récoltes au cours de la même année. Pour ces raisons et toujours dans une logique de moindre effort, les plantations nécessitant une attention particulière sont très souvent placées à proximité de la maison, afin de s’économiser des trajets inutiles et contraignants. Idéal, pour les amateurs qui voudraient mettre en place un petit système permacole dans leur jardin !

L’autre aspect fondamental de la permaculture, c’est son sens du partage. La philosophie prône le partage équitable de la récolte et la redistribution des ressources. Il ne s’agit donc pas uniquement d’un rapport à la terre mais aussi avec les autres.

Le Design, une étape importante portée par le bon sens

La permaculture repose avant tout sur l’environnement du permaculteur, ce qui compte c’est de savoir sur quelle terre on s’aventure. S’agit-il d’une terre fertile ou plutôt ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant