La percée des « indépendantistes » aux élections de Hongkong

le
0
Nathan Law est arrivé deuxième dans sa circonscription.
Nathan Law est arrivé deuxième dans sa circonscription.

Le taux de participation aux élections du Conseil législatif est de 60 %. Selon les premiers résultats, trois candidats réclamant l’indépendance ont obtenu un siège.

Plusieurs jeunes militants prônant une rupture radicale avec Pékin semblaient lundi 5 septembre sur le point d’être pour la première fois élus au « Parlement » hongkongais, deux ans après les grandes manifestations prodémocratie de 2014.

Les élections au Conseil législatif (LegCo) se sont tenues dimanche au moment où de nombreux habitants de l’ex-colonie britannique ont le sentiment que Pékin veut renforcer son emprise sur la ville semi-autonome, dans les domaines politique, culturel ou encore éducatif.

Plus de 2,2 millions de personnes, soit près de 60 % des inscrits, ont voté jusque tard dans la nuit pour un scrutin où se présentaient pour la première fois des partisans d’une indépendance du petit territoire du sud-est de la Chine.

En raison de la participation record, certains bureaux de vote sont restés ouverts jusqu’à 2 h 30 lundi, quatre heures après leur fermeture théorique. Lors des dernières élections au LegCo en 2012, le taux de participation s’était élevé à 53 %.

L’indépendance comme leitmotiv de cette génération Après dépouillement de 90 % des bulletins, au moins trois candidats préconisant la rupture avec Pékin étaient donnés gagnants. Parmi eux, Nathan Law, 23 ans, qui avait été à l’automne 2014 une des figures de proue du « Mouvement des Parapluies », ces manifestations massives qui avaient paralysé des quartiers entiers de Hong Kong.

Deuxième dans sa circonscription, derrière un candidat pro-Pékin, il est assuré d’obtenir un siège au LegCo. Son mouvem...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant