La pêche des petits poissons sur la sellette

le
0
Sardines, harengs ou anchois sont surexploités pour faire de la farine destinée à l'aquaculture.

Sardines, harengs, anchois... Autant de petits poissons synonymes d'abondance et accessoirement de plaisir estival. La toute dernière étude qui vient d'être publiée par treize scientifiques internationaux, spécialistes du monde de la mer, montre que l'on est bien loin de la réalité. Ces poissons, qui représentent aujourd'hui 37 % de la pêche totale contre 8 % dans les années 1960, servent presque exclusivement à fabriquer de la farine pour alimenter les poissons d'élevage carnivores. Seule une infime partie arrive dans nos assiettes. Leur nom commun est d'ailleurs éloquent. On les appelle des «poissons fourrage», en référence à la paille qui sert à nourrir les vaches!

Non seulement cette surpêche met en danger les autres espèces - poissons, mammifères ou oiseaux - qui s'en nourrissent, mais elle est contraire à une bonne gestion économique.

Très vulnérables

L'étude montre en effet que ces poissons sont financièrement plus rentables si on les laisse dans

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant