La patronne de la bijouterie Vacheron raconte le braquage rue de la Paix

le
0
INTERVIEW - Christelle Konan est encore choquée après le braquage de sa boutique Vacheron-Constantin, vendredi dernier, à Paris. Elle s'exprime pour la première fois dans Le Figaro.

Comment s'est déroulée l'attaque de votre boutique?

La scène a été d'une violence inouïe. Un inconnu puis un second se sont présentés, comme des clients classiques en tenue de ville. Soudain, ils ont été suivis par quatre individus puis trois autres qui ont débarqué comme une bande de barbares. À l'aide de grandes masses et de grosses haches, ils ont commencé à frapper les présentoirs. Chacun semblait avoir un rôle bien précis, cognant sur une vitrine en particulier. Ils frappaient tellement fort sur le verre feuilleté que l'on pouvait croire à des coups de feu. C'est tout à fait traumatisant et une des vendeuses a été blessée par des éclats de verre. L'attaque s'est déroulé très vite, en deux ou trois minutes, mais cela m'a semblé une éternité

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant