La paternité peut-elle être «imposée»?

le
2
Les cabinets d'avocats regorgent d'histoires où des hommes, ­riches le plus souvent, se voient présenter « l'addition » d'une idylle passa­gère: un enfant, dont le géniteur sera «condamné» à assumer la paternité et à en supporter toutes les conséquences. Témoignages.
Pascal, cadre d'un groupe international: «On m'a volé mon sperme»

Ce quinquagénaire dirige l'une des branches d'un grand groupe électronique européen. Après avoir eu deux enfants, aujourd'hui âgés de 17 et 23 ans, il a divorcé. Il refuse de pratiquer un test ADN qui prouverait qu'il est le père d'une petite fille de 4 ans, née d'une liaison éphémère. Voici ses explications.

«Après mon divorce, voyageant beaucoup, j'étais un peu comme un marin, une femme dans chaque port. Un jour, en 2007, une ancienne liaison m'a donné rendez-vous et m'a montré une échographie en prétendant que c'était mon enfant. Lorsque je lui ai dit que je refusais cette paternité, elle m'a répondu qu'elle ne voul...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • knbskin le mardi 29 jan 2013 à 07:15

    Hum ?? Le problème est que les faits sont têtus ... et que les tehcniques actuelles permettent d'établir les FAITS. Je pense qu'à terme, il est inévitable que l'établissement de la filitaion biologique devienne obligatoire pour toute naissance. Un être humain a le droit de connaître ses origines, et c'est techniquement possible. C'est tout : il n'y a PLUS AUCUNE incertitude.

  • mlaure13 le lundi 28 jan 2013 à 22:23

    Autrement dit...l'expression "piège à con" est bien d'actualité !...