La pasionaria de McDo a choisi Hillary

le
0
La pasionaria de McDo a choisi Hillary
La pasionaria de McDo a choisi Hillary

Flavia Cabral, 52 ans, Américaine née à Saint-Domingue, quitte tous les jours, dès 7 heures, son petit appartement du Bronx, un quartier populaire de New York où elle habite avec son mari handicapé, sa fille de 16 ans et sa mère, pour rejoindre le McDonald's de la 51e rue, sur Broadway, où elle travaille depuis plus de deux ans.

 

Après trois heures à nettoyer, laver, faire frire les pommes de terre, elle court rejoindre son deuxième boulot à temps partiel : manutentionnaire dans une PME de Manhattan. Le travail ne lui fait pas peur. « Travailler bien sûr, mais à 7,75 $ l'heure, ce qui me fait 300 $ par semaine, ce n'est pas digne d'un être humain. C'est pourquoi j'ai pris avec d'autres la tête du mouvement Fight for 15 $, s'exclame Flavia. Alors quand Trump ose dire que 15 $ l'heure pour faire un hamburger est trop cher payé, c'est insupportable. »

 

« Pour que le rêve américain redevienne réalité »

 

Fight for 15 $ a été la plus grande vague de grèves dans l'histoire du secteur de la restauration rapide aux Etats-Unis, sous la houlette du puissant syndicat des employés des services. La contestation, dont Flavia est l'une des figures, débute en novembre 2012 chez McDonald's avec 200 grévistes. « Outre la hausse du salaire minimum, nous demandions le droit de nous syndiquer sans avoir à craindre de représailles », se souvient-elle. Le mouvement n'a cessé de s'étendre et prend une résonance particulière cette année, pendant les primaires républicaine et démocrate. Bernie Sanders, concurrent malheureux d'Hillary Clinton, a été le premier à se mettre aux côtés des grévistes. Sous sa pression, la candidate accepte ensuite d'inclure dans son programme la hausse généralisée à tous les secteurs du salaire minimum à 15 $ de l'heure, mais sans fixer de calendrier...

 

« Hillary a toutes les qualités d'un chef d'Etat, s'enthousiasme Flavia. Elle a aussi prouvé en se battant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant