La partie de foot de Noël 1914 au front

le
0
La partie de foot de Noël 1914 au front
La partie de foot de Noël 1914 au front

Il y a cent ans jour pour jour, à la frontière franco-belge, soldats allemands et britanniques s'offraient une trêve de quelques heures en pleine ligne de front, histoire d'enterrer les morts et retrouver un peu d'humanité. Jusqu'à improviser une partie de football ? Encore aujourd'hui, les historiens sont partagés sur l'existence réelle de ce match, faute de preuves tangibles

Les pronostiqueurs de l'époque s'étaient méchamment trompés. Le conflit contre les Allemands ? Bah, ça devrait être l'affaire d'une poignée de semaines, quelques mois grand max, avaient-ils quasi tous prédit lors de la déclaration de guerre de la Grande-Bretagne aux "Boches " le 3 août 1914. Ceux-ci venaient de pénétrer en territoire belge et les Britanniques, garants de la neutralité du plat pays selon les accords internationaux, était contraints de traverser la Manche. Aveuglés par le patriotisme, ils pensaient tous en finir rapidement et s'imaginaient rentrer fêter Noël en famille. Mais cette guerre allait vite prendre un tournant plus barbare encore que toutes les précédentes dans l'histoire.

Dès la première Bataille des Flandres en octobre novembre, l'affaire vire à la boucherie. En l'espace d'à peine un mois, 260 000 soldats vont trouver la mort à la frontière franco-belge, aux environs de la commune d'Ypres. À peu près autant de victimes sont dénombrées de chaque côté. Chacun tient à garder sa position, la guerre s'installe pour de bon et les soldats s'enfoncent sous terre, creusant les premières tranchées du conflit. La violence des combats a choqué tout le monde. L'horreur de la guerre n'a pas encore été ancrée comme une habitude, la haine féroce de l'ennemi non plus. Il reste encore une parcelle d'humanité sur le champ de bataille. Bientôt elle disparaîtra. En attendant, les deux camps s'observent, se craignent, avec à peine 50 mètres de distance entre eux. La fin de l'année approche. Il faut se faire une raison : Noël ne se fêtera pas en famille au coin du feu comme c'était prévu, mais dans le froid et la boue.
Corned beef contre schnaps
Pour essayer de remonter le moral des troupes, le roi George V organise l'envoi de colis au front, avec pour chaque soldat un paquet cadeau contenant du courrier, du chocolat et des cigarettes. En face aussi, on essaie tant bien que mal de fêter Noël. Des sapins sont érigés en haut des tranchées, on chante le fameux "Stille Nacht, Heilige Nacht ". C'est à partir de ce moment que les historiens ne sont plus tous d'accord et hésitent à séparer les faits avérés du joli conte nourri et amplifié les années d'après-guerre par des témoignages pas toujours convaincants. Voici l'histoire de ce 25 décembre 1914 au front, telle qu'elle est encore largement racontée aujourd'hui.

Ce sont les soldats allemands qui, les...






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant