La Paris Games Week, salon symbole d'un e-sport en pleine croissance

le
0
La Paris Games Week, salon symbole d'un e-sport en pleine croissance
La Paris Games Week, salon symbole d'un e-sport en pleine croissance

En 2010, lors de la première édition de la Paris Games Week, l'e-sport occupait 200 m². «Un stand entre copains», se rappelle avec le sourire Jean-Claude Ghinozzi, le président du Syndicat des éditeurs de logiciels de loisir (SELL), l'organisateur du salon. Six ans plus tard, cette surface a été multipliée par 100 ! Un chiffre résumant l'importance prise par le phénomène.

 

La Paris Games Week devient-elle le salon de l'e-sport ?

 

JEAN-CLAUDE GHINOZZI. On a toujours cru à l'e-sport. Pour nous, ce n'est pas un effet de mode. Dès la première édition, nous avons accueilli l'ESL (Electronic Sport League). Je suis très heureux que ce soit une partie importante du salon. C'est ce que nous avons cherché à faire depuis le début.

 

Il y a eu beaucoup d'annonces concernant l'e-sport ces dernières semaines, avec la diffusion prochaine de compétitions sur les chaînes du groupe Canal, la création d'une e-Ligue 1 ou la formation d'une franchise par le PSG. Cette accélération soudaine du phénomène vous a-t-elle surpris ?

 

Pas vraiment. Parmi les éléments déclencheurs, il y eu le succès public des grands événements organisés par l'ESWC (ESports World Convention) ou l'ESL en France. Quand on remplit des salles comme Bercy avec des compétitions de «Call of Duty», «League of Legends» ou «Just Dance», cela doit faire réagir.

Je suis content que les grands médias français aient compris qu'il y avait un enjeu important et un public massif. Tout reste encore à faire. On cite systématiquement l'exemple de la Corée du Sud. Quand j'étais il y a quelques années chez Activision-Blizzard, on avait déjà les avions de Korean Airlines décorés aux couleurs de « Starcraft II » quand le jeu est sorti. J'étais halluciné, c'était incroyable. Cette culture arrive avec du décalage en France, mais nous sommes en train de rattraper le retard très rapidement concernant la qualité des équipes, des joueurs ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant