La parenthèse inattendue

le
0
La parenthèse inattendue
La parenthèse inattendue

"Prenez tout très au sérieux, à l'exception de vous-mêmes." Au premier jour, Leicester n'avait rien à perdre. Le maintien a été assuré. Et le rêve s'est formé. La Ligue des champions a été assurée. Et aujourd'hui, il ne reste qu'une bataille : celle de la conquête d'un titre encore inimaginable. 90:00. Top.

C'est une masse au fond du couloir. La petite tête fine, blonde a le regard souriant. Le visage est familier, le maillot porté aussi. Au niveau du cœur, l'écusson du Manchester United Football Club. À l'écran, le gamin pointe l'image d'un doigt caché dans des gants de gardien de but. Ce sont ceux de son père, Peter, champion d'Europe avec le club de Manchester en 1999, quintuple champion d'Angleterre avec Sir Alex Ferguson et légende vivante dans les bois d'Old Trafford. La scène date de 1994. On y voit Kasper Schmeichel, huit ans à l'époque, jouer dans les couloirs du Théâtre des Rêves avec Tom Ince, fils de Paul, et Alex Bruce, gamin de Steve. L'homme de théâtre Antonin Artaud aimait dire que "l'histoire des peuples est l'histoire de la trahison de l'unité". Rarement ces mots n'auront autant résonné que pour dessiner la trajectoire prise par Schmeichel fils. Kasper a aujourd'hui 29 ans, et, après plusieurs années passées à l'ombre, l'homme s'apprête à vivre le jour le plus important de sa carrière : la conquête d'un titre de champion d'Angleterre, là où son père a brillé et où il est prêt, de son côté, à renverser l'histoire sous le maillot de Leicester. Depuis plusieurs semaines, l'effet de surprise a maintenant fait son travail. Claudio Ranieri, lui, a fait varier de quelques nuances son vocabulaire : la notion de "rêve" est toujours centrale, mais, maintenant, il faut le vivre jusqu'au bout, "se battre pour le rendre réalité". L'histoire n'est qu'à quatre-vingt-dix minutes.


"Jouer chaque match comme si c'était le dernier"


Dans un entretien donné à France Football la semaine dernière, l'entraîneur italien a insisté : "Je demande à mes joueurs de jouer chaque match comme si c'était le dernier." Il explique que "la victoire et la défaite sont deux imposteurs", que seul "le cœur de ses hommes" lui importe. C'est bien ce dont il est question aujourd'hui, à l'heure où la notion de raison n'a plus sa place. Ce qui se passe à l'heure actuelle n'est pas normal. Leicester ne devrait pas être là. Reste que les Foxes y sont, et le football ne peut qu'adorer ça. Il ne vit que pour les exploits, les belles histoires, l'humain et la…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant