La panthère, les cygnes et l'éléphant.

le
0
La panthère, les cygnes et l'éléphant.
La panthère, les cygnes et l'éléphant.

Maintenant remplaçant de dernier quart d'heure, Bafétimbi Gomis est redevenue panthère dans son équipe de cygnes. Auteur de son premier but en championnat contre Arsenal, Bafé n'est pourtant pas encore arrivé. Mais a marqué son entrée.C'était pourtant jusque-là un mauvais conte, avec une fin facile à deviner. Sans rebondissements. Le Bafé Gomis buteur restait une fable chez les suiveurs du Liberty Stadium. Ils connaissent la manoeuvre. Depuis plus de trois mois, une fois que Wilfried Bony a fait le boulot, Garry Monk lance Bafé Gomis, pour une dizaine de minutes. Et aucun but. En cinéma, on appelle ça de la figuration alors que Bafé s'imaginait sans doute premier rôle en débarquant gratos au Pays de Galles cet été. Mais il faut croire que Gomis voulait particulièrement soigner son entrée. Le standing de l'adversaire, Arsenal, lui a offert le coup de projecteur parfait. Comme d'habitude, l'ancien Lyonnais relaie l'Ivoirien. Deux minutes après son entrée, Bafé déménage tout de la tête pour mettre Swansea devant (2-1). Gomis se présente enfin au Royaume en ressortant la panthère des cartons, en guise de célébration. Une séquence qui devrait plaire outre-Manche. Parce que les fans des Swans ne le créditaient jusque ce dimanche que de maigres consolations : une belle activité lors de la défaite à Chelsea en septembre (2-4) et un petit but en League Cup contre Rotherham
"Guivarc'h à Newcastle, même champion du monde, il ne jouait pas"
Si Bafé Gomis semblait pourtant fait pour résister et se plaire en Premier League, dans une équipe - Swansea - qui sait jouer, il est pour l'instant surtout victime du système tactique des Cygnes : une attaque à une pointe. Un truc qu'il avait dû sous-estimer dans son apprentissage de Swansea par Football Manager. "En France, Gomis a quand même fait plusieurs saisons de grande qualité, commence Jacques Crevoisier. Là, il est dans un autre contexte mais il a un concurrent direct qui a l'avantage d'avoir une année d'avance dans le championnat et dans le club. Il connaît les autres joueurs, le style de jeu. Gomis ne peut pas partir numéro 1 face à un joueur comme qui pèse déjà 16 buts" Pour cette saison, l'Eléphant ivoirien apporte son petit lot de réalisations, sans exploser non plus les compteurs : 4 buts en 9 matches, ce qui est toujours mieux que Gomis après tout. Mais Garry Monk n'a besoin que d'une pointe et le CV du Français ne suffit pas à l'installer dans la peau du titulaire. "En Angleterre, personne ne regarde la Ligue 1, continue Crevoisier. Et il ne faut pas croire que parce que vous vous appelez Bafé Gomis et que vous venez de Lyon,...

C'était pourtant jusque-là un mauvais conte, avec une fin facile à deviner. Sans rebondissements. Le Bafé Gomis buteur restait une fable chez les suiveurs du Liberty Stadium. Ils connaissent la manoeuvre. Depuis plus de trois mois, une fois que Wilfried Bony a fait le boulot, Garry Monk lance Bafé Gomis, pour une dizaine de minutes. Et aucun but. En cinéma, on appelle ça de la figuration alors que Bafé s'imaginait sans doute premier rôle en débarquant gratos au Pays de Galles cet été. Mais il faut croire que Gomis voulait particulièrement soigner son entrée. Le standing de l'adversaire, Arsenal, lui a offert le coup de projecteur parfait. Comme d'habitude, l'ancien Lyonnais relaie l'Ivoirien. Deux minutes après son entrée, Bafé déménage tout de la tête pour mettre Swansea devant (2-1). Gomis se présente enfin au Royaume en ressortant la panthère des cartons, en guise de célébration. Une séquence qui devrait plaire outre-Manche. Parce que les fans des Swans ne le créditaient jusque ce dimanche que de maigres consolations : une belle activité lors de la défaite à Chelsea en septembre (2-4) et un petit but en League Cup contre Rotherham
"Guivarc'h à Newcastle, même champion du monde, il ne jouait pas"
Si Bafé Gomis semblait pourtant fait pour résister et se plaire en Premier League, dans une équipe - Swansea - qui sait jouer, il est pour l'instant surtout victime du système tactique des Cygnes : une attaque à une pointe. Un truc qu'il avait dû sous-estimer dans son apprentissage de Swansea par Football Manager. "En France, Gomis a quand même fait plusieurs saisons de grande qualité, commence Jacques Crevoisier. Là, il est dans un autre contexte mais il a un concurrent direct qui a l'avantage d'avoir une année d'avance dans le championnat et dans le club. Il connaît les autres joueurs, le style de jeu. Gomis ne peut pas partir numéro 1 face à un joueur comme qui pèse déjà 16 buts" Pour cette saison, l'Eléphant ivoirien apporte son petit lot de réalisations, sans exploser non plus les compteurs : 4 buts en 9 matches, ce qui est toujours mieux que Gomis après tout. Mais Garry Monk n'a besoin que d'une pointe et le CV du Français ne suffit pas à l'installer dans la peau du titulaire. "En Angleterre, personne ne regarde la Ligue 1, continue Crevoisier. Et il ne faut pas croire que parce que vous vous appelez Bafé Gomis et que vous venez de Lyon,...

...

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant