Là où «Ratman» passe, les rats trépassent

le
5
Là où «Ratman» passe, les rats trépassent
Là où «Ratman» passe, les rats trépassent

Profession : commercial dans la dératisation depuis trente ans. Signe particulier : la discrète boîte noir et gris qu'il promène de supermarché en restaurant et hôtel de luxe. Lucien Cohen, 51 ans, Ratman pour les intimes, taira le nom des enseignes avec lesquelles il travaille mais cet expert de la lutte contre les nuisibles compte parmi ses clients une marque de fast-food, huit restaurants étoilés et un palace des Champs-Elysées.

A Paris, depuis quelques mois, près de 400 établissements font appel à ses services, séduits par cette technique arrivée récemment en France, que Lucien Cohen a baptisée l'Acirbox. Sa boutique, Acir, pour « alerte contre les insectes et les rongeurs », se trouve près de la porte de Bagnolet (Paris XXe). Plutôt onéreuse — 1 500 € — sa boîte magique qui cartonne grâce au bouche-à-oreille doit son succès à son aspect passe-partout mais aussi à sa technologie de pointe qui consiste à tuer les souris par électrocution grâce à un système d'ondes. Car, à Paris et dans les grandes villes, la présence de rongeurs dans les entreprises, notamment les restaurants et les boutiques d'alimentation, est un fléau.

« Près de 80 % des commerces et restaurants sont infestés, estime Lucien Cohen. Les nuisibles vivent avec nous, il faut se le dire. Et si le rat, méfiant, reste caché dans les trous, la souris, elle, est curieuse. Elle se balade, ce qui n'est pas du meilleur effet dans les restaurants. Sans parler des dégâts que ça occasionne dans les réserves », poursuit-il. Pour beaucoup de clients, la souris est un signe de saleté. Pour les restaurateurs, c'est la honte. « D'ailleurs, beaucoup de personnes font appel à moi en me disant qu'elles ont besoin de ce traitement pour un ami ou un voisin. »

Intarissable, Lucien Cohen disserte avec passion des blattes, des surmulots et s'alarme de l'arrivée des punaises de lit à Paris. Lui est tombé dans le bain de la dératisation tout ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • e_remond il y a 11 mois

    Ca n'existe pas pour les mecs du gouvernement ?

  • maryp il y a 11 mois

    Boursorama le week-end c'est plutôt marrant. j'ai limite envie de m'en acheter un ahah

  • aiki41 il y a 11 mois

    Il y a aussi les chats !! mais bon, peut-être que les clients n'accepteraient pas de voir quelques chats se promener dans l'hôtel...........alors que les rats, c'est la nuit et ça ne se voit donc pas

  • M5441845 il y a 11 mois

    La boite parait bien sophistiquée, un peu trop peut être. Pour quelques euros les pièges "tapettes" de nos grands parents (rien a voir avec quelques minorités) faisaient le même boulot, a condition de ne pas mettre les doigts n'importe où

  • frk987 il y a 11 mois

    Le fléau des hôtels parisiens c'est le cafard et autre bestioles aussi sympathiques, que des touristes étrangers acceptent de payer des nuitées dans ces conditions, ça me dépasse.