« La nuit, on entend le bruit des avions qui bombardent Alep »

le
0
Les ruines du quartier Bab al-Hadid à Alep, détenu par les rebelles, le 18 août.
Les ruines du quartier Bab al-Hadid à Alep, détenu par les rebelles, le 18 août.

La bataille d’Alep est devenue l’épicentre de la tragédie syrienne. Deux jeunes Syriens livrent leur histoire et leur sentiment sur la ville divisée.

Les environs d’Alep sont le théâtre d’âpres combats entre les forces de Damas et les rebelles. Dans cette ville-clé du conflit syrien, coupée en deux depuis 2012, des centaines de milliers de civils sont pris au piège et souffrent d’importantes pénuries. Dans les faubourgs insurgés, les bombardements du régime sont quotidiens.

Deux jeunes Syriens originaires d’Alep posent leur regard sur la ville divisée. De passage à Beyrouth, Joudy, 28 ans, a été rendre visite à sa famille qui vit dans l’ouest de la commune, sous contrôle gouvernemental – entre 1 et 1,5 million d’habitants, dont près de la moitié sont des déplacés. Il a quitté la ville peu avant que l’opposition ne prenne le contrôle de la route de Ramoussah [il s’agissait jusqu’au 6 août du principal accès vers les quartiers occidentaux].

« Quand notre véhicule est parvenu à cette intersection, nous nous sommes couchés, pour éviter les tirs de snipers. Les violences se sont intensifiées à partir de la fin du ramadan [début juillet]. Sur place, ma famille vit les évènements en cours au jour le jour, sans se demander s’il s’agit d’un tournant. » Dans l’ouest d’Alep, les check-points et les barrages volants sont devenus légion. « L’armée effectue aussi des contrôles dans les maisons, je pense qu’ils cherchent les jeunes hommes pour les enrôler de force. Les familles d’Alep ne veulent pas que leurs fils rejoignent l’armée, elles ne veulent pas les voir mourir », raconte Joudy.

Inflation faramineuse, inquiétudes quotidie...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant