La nuit noire des Luxembourgeois

le
0
La nuit noire des Luxembourgeois
La nuit noire des Luxembourgeois

Tout juste auréolés de leur premier succès depuis un an face à la Macédoine, les internationaux luxembourgeois se sont réveillés dans la nuit de lundi avec des crampes au ventre. La suite, ils l'ont passée aux toilettes

Pas de chance pour Frank Schleck. À 35 ans, l'aîné des frères luxembourgeois vient pourtant de remporter la 16e étape de la Vuelta après avoir lâché le groupe de tête deux kilomètres avant l'arrivée à Ermita de Alba. Cela fait quatre ans qu'il n'a plus rien gagné de valable sur les routes, mais il va néanmoins passer au second plan de l'actualité sportive de son pays, tout ça pour une histoire de sauce bolognese Car à 3 200 kilomètres de là, 16 sportifs – même pas tous professionnels – sont en train de passer leur journée avec la tête et les fesses dans le pot. Ces mecs-là, ce sont les footballeurs internationaux luxembourgeois, en visite en Biélorussie dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2016.

Un truc pas normal au ventre


Arrivés à Minsk ce dimanche, au lendemain de leur première victoire lors de ces éliminatoires face à la Macédoine (1-0), les Luxembourgeois se montraient plutôt confiants pour la suite de leur séjour. C'était du moins le cas du sélectionneur Luc Holtz qui a ainsi déclaré au quotidien Luxemburger Wort que "tout [était] mis en place pour arriver le plus frais possible mardi." Pour ce faire, Holtz a décidé de faire loger ses troupes à Minsk et non à Borisov – où se joue le match – "histoire de bénéficier d'un hôtel de bon standing, avec de la nourriture valable et de bonnes conditions pour offrir suffisamment de repos aux joueurs."

Après un bon plat de spaghetti bolognese servi au restaurant de l'hôtel, les joueurs entrent donc dans leur chambre pour se reposer après leur voyage. Julien Mollereau, journaliste pour Le Quotidien, est également dans l'hôtel qui accueille les joueurs. "J'étais en train de bosser pendant la nuit quand j'ai appris qu'il se passait un truc, se souvient-il. Je suis descendu, j'ai vérifié et il y avait en effet plusieurs joueurs qui étaient pris de vomissements et de diarrhées." Dès 2h du matin, les médecins du club s'affairent ainsi pour venir en aide aux joueurs touchés. "Mario s'est levé deux fois dans la nuit et m'a dit qu'il avait un truc pas normal au ventre, explique l'international Aurélien Joachim en parlant de son coéquipier Mario Mutsch au Quotidien. Mais jusqu'au petit-déjeuner, on ne savait pas qu'il y avait autant de monde qui était touché."

"À mon…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant