La NSA et le GCHQ ont dérobé des clefs de cryptage de cartes SIM

le
0
La NSA et le GCHQ ont dérobé des clefs de cryptage de cartes SIM
La NSA et le GCHQ ont dérobé des clefs de cryptage de cartes SIM

La NSA et son homologue britannique le GCHQ ont dérobé des quantités "sidérantes" de clefs de cryptage de cartes SIM, leur permettant d'intercepter en toute discrétion les communications des utilisateurs de ces cartes, selon The Intercept, le site américain de journalisme d'investigation jeudi. Selon The Intercept, la NSA (National security agency) et le GCHQ (Government communications headquarters) sont entrées dans les réseaux informatiques des fabricants de carte SIM pour dérober ces clefs, notamment dans celui du géant mondial Gemalto."Le GCHQ, avec le support de la NSA, a puisé dans les communications privées" d'ingénieurs et d'autres salariés du groupe "dans de multiples pays", pour parvenir à dérober ces clefs, écrit The Intercept (animé par Glenn Greenwald, qui avait publié les révélations d'Edward Snowden).D'autres fabricants de cartes SIM ont été visés, dans des intrusions visant à intercepter les clefs de cryptage de chaque puce au moment où l'industriel qui l'a fabriquée l'envoie à l'opérateur de télécommunications qui l'a achetée."Il est impossible de savoir combien de clefs ont été volées par la NSA et le GCHQ, mais même en utilisant des hypothèses conservatrices, le nombre est sidérant", selon le site d'information.La NSA par exemple était déjà capable en 2009 de "traiter entre 12 et 22 millions de clefs par seconde", pour pouvoir les utiliser plus tard au besoin pour écouter des conversations ou intercepter des mails, selon The Intercept.Dans un communiqué, Gemalto a indiqué qu'elle prenait "très au sérieux" les affirmations de The Intercept."Nous allons consacrer toutes les ressources nécessaires (...) pour comprendre la portée de ces techniques sophistiquées utilisées pour intercepter les données sur les cartes SIM", a indiqué l'entreprise.Chaque carte SIM est dotée de clefs de cryptage pour coder les communications avec ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant