La NSA aurait piraté massivement les cartes SIM du leader mondial Gemalto

le
0
La NSA aurait piraté massivement les cartes SIM du leader mondial Gemalto
La NSA aurait piraté massivement les cartes SIM du leader mondial Gemalto

Les services de renseignement américain et britannique ont réussi à pirater, au moins en 2010 et 2011, un nombre important de cartes SIM du fabricant Gemalto, le leader mondial, afin d'espionner des conversations téléphoniques, affirme un site de journalisme d'investigation.Le site internet américain The Intercept indique dans son article jeudi que ces informations sur le groupe franco-néerlandais lui ont été fournies par Edward Snowden sous la forme de documents secrets de l'agence britannique GCHQ (Government Communications Headquarters) datant de 2010 et 2011.Ces documents font état d'une "attaque perpétrée conjointement" par la GCHQ et la NSA (National Security Agency) qui leur a permis d'entrer dans les réseaux informatiques du fabricant Gemalto pour dérober les clés de cryptage et ainsi avoir la possibilité de prendre le contrôle d'un très grand nombre de cartes SIM afin de reconstituer "des conversations sur des téléphones mobiles sans l'aval des autorités ou des opérateurs téléphoniques".Entrer en possession de ces clés de cryptage "permet également aux agences de renseignement de déchiffrer des communications cryptées qu'elles avaient déjà interceptées mais n'étaient pas en mesure de lire", souligne The Intercept.Vendredi vers 15h00 (14h00 GMT), le titre du groupe de sécurité numérique reculait fortement (-5,8%) à la Bourse de Paris, dans un marché en repli de 0,68%.Gemalto, qui compte 12.000 salariés, est le leader du secteur et compte parmi ses clients plus de 400 grands opérateurs et acteurs du secteur télécoms.La direction du groupe a indiqué vendredi dans un communiqué "prendre cet article très au sérieux et met en oeuvre tous les moyens nécessaires pour enquêter et comprendre l'étendue de ces techniques sophistiquées".Mais elle souligne qu'elle ne peut "à ce stade de l'enquête confirmer les informations de cet article" et qu'elle n'avait "aucune ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant