La nouvelle vie d'Unai Emery

le
0
La nouvelle vie d'Unai Emery
La nouvelle vie d'Unai Emery

Pour lui, le strass et les paillettes du Parc des Princes ont désormais remplacé la chaleur et la passion du stade Sanchez-Pizjuan de Séville. Depuis dimanche soir et son premier match du côté de la porte d'Auteuil, Unai Emery est devenu un vrai Parisien. Profitant d'une cote d'amour au plus haut, le technicien espagnol a reçu une belle ovation lors de sa présentation officielle une demi-heure avant le coup d'envoi du match contre Metz. Une victoire 3-0 plus tard, Emery a félicité ses joueurs et son staff. Avant d'aller célébrer le succès avec quelques proches. Mais dans les faits, Unai Emery est parisien depuis un peu plus longtemps. Mi-juillet exactement, lorsque le Basque a reçu les clés de son appartement dans l'ouest de la capitale, juste avant de s'envoler avec sa nouvelle équipe pour la tournée aux Etats-Unis.

 

Bourreau de travail

 

Un pied-à-terre mis à disposition plus rapidement que pour ses adjoints, restés à l'hôtel jusqu'au début du mois d'août.

 

Depuis, Unai Emery a pris ses habitudes, même si sa vie quotidienne n'a, en fait, pas beaucoup évolué. Certes, Séville compte quatre fois moins d'habitants que Paris mais le visage du Basque n'est pas encore assez connu pour qu'il soit abordé à tous les coins de rue. De toute façon, ce papa d'un ado de 13 ans n'est pas du genre fêtard.

 

De Paris, Emery ne connaît pas encore tous les secrets et à part l'avenue des Champs-Elysées, les balades sont encore rares. « C'est un fou de travail. Il sort de temps en temps entre amis mais rien de plus », glisse un journaliste l'ayant fréquenté en Andalousie.

 

Le « travail » est un des maîtres mots de l'homme de Fontarrabie (sa ville de naissance au Pays basque espagnol face à Hendaye). Durant toute la préparation estivale, Unai Emery a passé de nombreuses heures au camp des Loges. Avec deux entraînements quotidiens, la journée pouvait s'étaler sur une bonne douzaine d'heures. Son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant