La nouvelle version de l'Atlético du Cholo

le
0
La nouvelle version de l'Atlético du Cholo
La nouvelle version de l'Atlético du Cholo

Avec déjà de nombreux départs et au moins autant d'arrivées à attendre, l'effectif de l'Atlético de Madrid se trouve en pleine mutation. Des changements souhaités par un Diego Simeone qui souhaite "penser d'une autre manière".

Le 24 mars dernier, la nébuleuse des Colchoneros s'émoustillait. Diego Simeone, dieu vivant du Vicente-Calderón, annonçait sa prolongation longue durée avec l'Atlético de Madrid. Et ce, malgré la cour de nombreux mastodontes européens. Plus qu'un salaire mirobolant - le plus élevé de l'organigramme - le Cholo se voyait offrir de nouvelles prérogatives par sa direction. Au premier rang de ses velléités, le mercato. Quelques mois plus tard, alors que le marché des transferts est déjà ouvert, son Atlético ressemble de plus en plus à ses souhaits. Agitateur principal outre-Pyrénées - quoique le FC Séville peut truster ce titre officieux -, il a déjà dégraissé à foison et recruté comme un ogre. Tout le contraire de ce qu'il annonçait à As lors de ses vacances argentines : "Il n'y aura pas beaucoup de changements, pas comme la saison passée. Parce que les joueurs qui viendront pourront offrir de la concurrence." En plus d'être un formidable stratège des prés, le Cholo l'est également sur le marché. Et s'apprête à construire SON Atlético.

Simeone : "Nous avons besoin d'un changement"


"Nous sommes dans une situation importante, évoque-t-il au début de ses vacances. L'équipe a besoin d'une nouvelle stimulation. Je considère que ce n'est pas facile pour un entraîneur d'être autant de temps avec les mêmes joueurs. Et ce n'est pas facile pour les joueurs. Nous avons passé beaucoup de temps ensemble. Ils connaissent mes qualités, mes défauts Comme moi avec eux. Je suis convaincu que nous avons besoin d'un changement. Un mouvement interne pour que l'équipe fasse un pas en avant." Ces nombreux changements souhaités s'expliquent en partie par la méthode "simeonesque". À l'instar d'un Arda Turan qui évoquait de manière maladroite le fait de "trop courir à l'Atlético", les joueurs à bout de souffle sont légion. Plus qu'un ras le bol, les hommes de base du projet payent surtout la fatigue accumulée. Une fatigue qu'a commencé à toucher du doigt le nouveau venu, Luciano Vietto, visiblement à bout de souffle suite à sa première séance d'entraînement au Cerro del Espino. Et qu'Antoine Griezmann, un an plus tôt, avait également goûtée en serrant les dents.

Avant de dépenser, l'Atlético s'est d'abord attelé à dégraisser. Dans le sens des départs, le héros Miranda s'est envolé pour…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant