La nouvelle "France industrielle" passe aux travaux pratiques

le
0
LA NOUVELLE "FRANCE INDUSTRIELLE" PASSE AUX TRAVAUX PRATIQUES
LA NOUVELLE "FRANCE INDUSTRIELLE" PASSE AUX TRAVAUX PRATIQUES

PARIS (Reuters) - Cinq des 34 filières définies dans le cadre du plan de réindustrialisation de la France sont entrées dans une phase opérationnelle, a déclaré vendredi Jean-Marc Ayrault lors de l'installation du premier comité de pilotage des projets.

"Les plans de la 'Nouvelle France industrielle' entrent aujourd'hui dans une nouvelle étape, la validation des feuilles de route qui déclinent dans un calendrier précis des actions publiques et privées", a expliqué le Premier ministre.

François Hollande a lancé en septembre un vaste plan de réindustrialisation via la structuration de filières industrielles autour de projets ou de nouveaux produits qui ont vocation à être opérationnels ou mis sur le marché d'ici 2020.

"Ce n'est pas un voeu pieux", a assuré Jean-Marc Ayrault.

Les cinq premiers programmes industriels de ce plan s'inscrivent dans la volonté du gouvernement de favoriser la transition énergétique via la mise sur le marché à un prix abordable d'une voiture consommant moins de deux litres au cent kilomètres ou la commercialisation d'un avion biplace électrique pour former les écoles de formation des pilotes.

Le gouvernement veut aussi mettre en oeuvre un réseau de bornes électriques pour recharger les voitures sur l'ensemble du territoire et favoriser les nouvelles générations de batteries, notamment les piles à hydrogène.

Enfin, le satellite à propulsion électrique devrait permettre un gain de compétitivité aux entreprises européennes en réduisant drastiquement le poids du carburant embarqué, ce qui allège d'autant le coût du lancement.

Le comité de pilotage doit se réunir sur une base mensuelle afin d'assurer la mise en oeuvre de ce plan dont l'ambition est de recréer les 750.000 emplois industriels perdus ces dix dernières années.

François Hollande et le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg ont dessiné une politique qui rappelle plus celle du ministère de l?Économie japonais (MITI) que le plan Calcul du général de Gaulle en laissant la part du lion à l'initiative privée sans jouer le rôle de chef de file.

(Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux