La nouvelle carte des régions adoptée de justesse en seconde lecture à l'Assemblée

le
3
La nouvelle carte des régions adoptée de justesse en seconde lecture à l'Assemblée
La nouvelle carte des régions adoptée de justesse en seconde lecture à l'Assemblée

Bis repetita. Après un premier vote en juillet, l'Assemblée nationale a adopté en seconde lecture la réforme territoriale qui redessine la carte de France et fait passer le nombre de régions métropolitaines de 22 à 13 (voir la carte ci-dessous). Le score est plus serré que la première fois. Avec 277 voix pour (dont 257 du PS), 252 voix contre et 33 abstentions, les socialistes n'ont pu compter à gauche que sur une partie des radicaux et des communistes pour les soutenir sur ce texte décrié par les autres camps. Et encore.

Tous les députés PS ne se sont pas rangés derrière le gouvernement.  Dix ont voté contre - des frondeurs notamment (Henri Emmanuelli, Pouria Amirshahi)-, quasiment les mêmes que ceux qui avaient déjà désapprouvé le projet en juillet. Seize autres se sont abstenus. Huit parlementaires du groupe radical, républicain, démocrate et progressiste ont dit «oui» au redécoupage voulu par Manuel Valls, mais autant ont voté contre.  

Les écolos ont tenu leur parole en votant majoritairement contre. Alors qu'ils s'étaient abstenus en première lecture, quatorze députés EELV ont émis un vote négatif, dont Cécile Duflot, ancienne ministre du Logement, Noël Mamère député-maire de Bègles (Gironde), Barbara Pompili et François de Rugy, les deux coprésidents du groupe dans l'hémicycle. «La carte laisse beaucoup de blessures sur le territoire» avait justifié François de Rugy avant de rentrer dans l'hémicycle, citant l'Alsace, le Languedoc-Roussillon (unifié avec Midi-Pyrénées) la Bretagne «qui ne va pas être réunifiée», ainsi que le Nord-Pas-de-Calais et la Picardie «fusionnés de force». Quant aux élus du front de gauche ils ont tous dit non à la réforme. 

QUESTION DU JOUR. Etes-vous satisfait de la nouvelle carte à 13 régions adoptée à l'Assemblée ?

Apparu a voté oui... par erreur

A droite, sans surprise, les députés UMP, qui ne pardonnent pas au gouvernement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7361806 le mercredi 26 nov 2014 à 17:02

    BAYLET "vent debout " contre cette réforme se tait il faut dire que son parti ,le PRG , àsubit une sacrée raclée aux dernières sénatoriales payant son soutien benet aux socialistes.

  • M156470 le mercredi 26 nov 2014 à 10:19

    La gauche veut faire croire en votant des lois bâclées avec sa soit-disante majorité émoussée depuis plusieurs mois déja ! Le vote des étrangers devrait être la goutte qui fera déborder le vase mais majorité très minoritaire oblige...

  • M156470 le mercredi 26 nov 2014 à 10:16

    Encore une Loi bâclée dans la bousculade la plus complète. Où sont les économies ??? Ce découpage doit être une source d'économies imortantes sinon, aucun intérêt. Avec les communautés de communes qu'attend-t-on pour fusionner les mairies, réduire les effectifs, les frais et donner une efficacité avec ouverture 6 jours sur 7 au service des Citoyens ?