La nounou ouzbèke "entendait des voix"

le
0
Selon son père, la nourrice avait eu un épisode délirant en 2002 qui l'avait menée en hôpital psychiatrique. 
Selon son père, la nourrice avait eu un épisode délirant en 2002 qui l'avait menée en hôpital psychiatrique. 

La nounou ouzbèke arrêtée lundi à Moscou alors qu'elle brandissait en pleine rue la tête décapitée d'un enfant, n'a rien d'une terroriste. Certes elle affirme dans des propos incohérents avoir agi "sur ordre d'Allah". Mais elle souffre bien de problèmes psychiatriques. C'est ce qu'a assuré jeudi son père, Bakhretdine Touraïev, dans une interview publiée sur le site d'information Gazeta.ru.

Goultchekhra Bobokoulova, 38 ans, a été hospitalisée dans un hôpital psychiatrique en 2002, a-t-il expliqué. "Elle disait des mots bizarres et assurait entendre des voix qui lui parlaient, et puis elle est devenue agressive", a raconté M. Touraïev. Après avoir passé deux semaines à l'hôpital psychiatrique régional de Samarcande, une ville du sud-est de l'Ouzbékistan, Goultchekhra est rentrée à la maison, mais elle a dû prendre des médicaments pendant une longue période, selon la même source. "Ensuite, tout est revenu à la normale", affirme M. Touraïev. "Si on ne lui fait pas de mal, qu'on ne crie pas sur elle, elle est d'habitude très calme", souligne cet homme de 62 ans.

"C'est la fin du monde"

Goultchekhra Bobokoulova a été arrêtée par la police près d'une station de métro dans le nord-est de la capitale russe alors qu'elle déambulait en brandissant la tête d'une fillette de 4 ans et en se proclamant "terroriste". "C'est ce qu'Allah m'a ordonné" de faire, avait déclaré mercredi...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant