La note de la France confirmée, la Belgique surveillée

le
0

PARIS (Reuters) - Standard and Poor's et Moody's ont confirmé ou répété lundi la note maximale qu'elles donnent à la dette publique française et sa perspective stable, quelques heures après l'annonce du plan de sauvetage public de la banque franco-belge Dexia.

S&P a en même temps confirmé la note AA+ de la Belgique, à laquelle est associée une perspective négative, Moody's ayant quant à elle placé vendredi le Aa1 belge sous surveillance avec possibilité de déclassement.

Le plan de démantèlement de la banque franco-belge prévoit que la France, la Belgique et le Luxembourg apporteront 90 milliards d'euros de garanties pour assurer ses besoins de financement, dont 60,5% pour la Belgique, 36,5% pour la France et 3% pour le Luxembourg.

S&P a confirmé à Reuters la note AAA et la perspective stable de la France, tandis que l'analyste principal de Moody's Investors Service sur la France, Alexander Kockerbeck, interrogé sur Dexia, a dit que "pour le moment, il n'y a pas d'impact et nous avons une perspective stable".

"Nous étudions les engagements (qui ont été pris NDLR) bien sûr, comme nous le faisons à chaque fois, mais en même temps, nous prenons en compte beaucoup d'autres facteurs. C'est un facteur parmi d'autres", a-t-il dit à Reuters.

L'analyste a par ailleurs souligné que la France avait montré sa détermination à maintenir la trajectoire de réduction de son déficit public, en annonçant fin août des mesures d'urgence pour faire face à une croissance économique plus faible qu'espéré.

Le ministre français des Finances, François Baroin, a pour sa part déclaré lundi que "nous sommes l'une des meilleures signatures mondiales et nous le resterons".

Il a souligné que les garanties apportées à Dexia n'accroîtraient pas l'endettement de la France. Ces garanties sont exclues du calcul statistique officiel de la dette.

"La garantie n'a pas d'impact sur la dette et la garantie n'a pas d'impact sur la notation. Une garantie en réalité n'est actionnée que lorsqu'elle est appelée et nous faisons le pari que cette opération va fonctionner", a-t-il dit sur I>Télé.

Le prix des assurances contre un défaut français ou belge, mesuré par les swaps de défaut de crédit (CDS), s'est accru lundi pour atteindre 181 points de base (pdb) pour la dette française à cinq ans et 290 pdb pour la dette belge de même échéance.

Leigh Thomas, Ana Nicolaci da Costa, Jean-Baptiste Vey pour le service français édité par Marc Joanny

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant