La Norvège met en garde sur un équipement du Super Puma d'Airbus

le
0
LA NORVÈGE MET EN GARDE CONTRE UN POTENTIEL PROBLÈME DU SUPER PUMA
LA NORVÈGE MET EN GARDE CONTRE UN POTENTIEL PROBLÈME DU SUPER PUMA

OSLO (Reuters) - Les enquêteurs norvégiens travaillant sur la chute d'un hélicoptère Super Puma H225 d'Airbus en mer du Nord ont alerté l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA) sur un problème potentiel sur la boîte de transmission de ce modèle, en soulignant qu'une usure comme celle constatée sur l'une des pièces était rarement due à des problèmes de maintenance.

L'appareil, parti d'une plate-forme de la compagnie pétrolière norvégienne Statoil, s'est écrasé le 29 avril et les 13 personnes à bord sont mortes.

Depuis l'accident, tous les exemplaires de l'appareil, très fréquemment employé par le secteur pétrolier pour effectuer les liaisons avec les plates-formes en mer, ont été immobilisés en Norvège et au Royaume-Uni. Les enquêteurs ont exclu une erreur humaine, déclarant que le crash était dû à un problème technique.

Le Bureau d'enquête norvégien a annoncé mercredi avoir effectué récemment des découvertes qui justifient l'envoi immédiat d'une recommandation à l'EASA.

"De récentes analyses métallurgiques ont mis au jour des particularités correspondant fortement à une usure" d'une pièce de la boîte de transmission principale de l'appareil, écrit le bureau d'enquête norvégien (AIBN) dans un rapport publié sur son site internet.

"On ne peut pas exclure que cela signifie un possible problème de sécurité susceptible d'affecter d'autres (boîtes de transmission principales) du même type."

L'AIBN dit recommander en conséquence à l'EASA de "prendre des mesures immédiates pour garantir que la boîte de transmission principale du H225 d'Airbus Helicopters est sûre".

Un porte-parole de l'EASA a déclaré que l'agence européenne émettrait probablement une directive jeudi.

Le directeur général du bureau d'enquête norvégien a par la suite déclaré à Reuters que ses équipes examinaient encore d'autres causes possibles à l'accident.

"Nous continuons d'enquêter et maintenons les portes ouvertes", a dit William Bertheussen. "C'est une découverte importante et cela fait partie de nos scénarios possibles."

"Nous voulions faire savoir que c'est une découverte importante (...) Nous avons transmis cette recommandation immédiate afin que l'Agence européenne de la sécurité aérienne y donne suite."

Le responsable des services de l'aviation au sein de l'AIBN, Kaare Halvorsen, a néanmoins déclaré à Reuters qu'un tel phénomène d'usure était "très rarement lié à la maintenance".

La conception et la production de l'appareil sont du ressort d'Airbus Helicopters alors que la maintenance était assurée par l'exploitant, CHC Helicopter.

"Nous analysons le document avec attention" a déclaré un porte-parole d'Airbus Helicopters.

Un porte-parole de CHC Helicopter a déclaré de même que l'exploitant était en train d'analyser ce rapport.

(Gwladys Fouche, avec Cyril Altmeyer à Paris et Victoria Bryan à Dublin; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant