La Norvège durcit sa législation sur le droit d'asile

le
0

OSLO, 20 novembre (Reuters) - La Norvège a mis en oeuvre vendredi un durcissement des règles sur le droit d'asile afin de réduire le nombre de réfugiés entrant dans le pays. Les autorités norvégiennes ont reçu cette année 35.000 demandes d'asile, un nombre qui inquiète l'opinion publique et favorise la montée du Parti du progrès (nationaliste populiste) qui participe à la coalition minoritaire de gouvernement avec le Parti conservateur (droite). Les nouvelles dispositions sur le droit d'asile sont instaurées pour une durée de deux ans et facilitent le rejet de la demande d'un réfugié si ce dernier a résidé dans un pays jugé sûr. Les conditions d'interpellation et de détention des étrangers sont assouplies dans les cas où les demandes d'asile ont de fortes chances de ne pas être acceptées. Des mesures d'assignation à un lieu spécifique et de présentation aux autorités locales des étrangers sont également prévues. Une majorité de parlementaires s'est prononcée en faveur d'une réforme en profondeur et à long terme de la politique d'asile de la Norvège incluant une procédure accélérée d'expulsion pour les personnes ayant été condamnées par la justice pénale. Le nombre de demandes d'asile en Norvège demeure modeste par rapport à celui de ses voisins dont la Suède qui s'attend à recevoir 190.000 dossiers cette année. Ce nombre croît pourtant assez rapidement en raison de l'arrivée de migrants par la frontière avec la Russie au nord du pays. L'an passé, dix personnes étaient entrées en Norvège par cette voie. Elles sont plus de 4.000 depuis le début de l'année. (Terje Soslvik et Gwladys Fouche; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant