La Nintendo Switch veut nous faire jouer partout

le
0
La Nintendo Switch veut nous faire jouer partout
La Nintendo Switch veut nous faire jouer partout

Pas de nouvelle Nintendo sous le sapin. Il faudra attendre le mois de mars prochain pour pouvoir poser ses doigts sur les manettes de la Switch, la console que le géant japonais du jeu vidéo a présentée hier et qui remplacera l'actuelle Wii U. Une première depuis 2012.

 

La Switch, c'est la promesse de pouvoir jouer sans discontinuer en passant de l'écran de son téléviseur à celui, portable, d'une console mobile. Une sorte d'appareil hybride qui se dévoile dans une vidéo de présentation publiée sur Internet. On y voit par exemple un joueur plongé dans une partie de Zelda, manette en mains et regard rivé sur le grand écran plat de sa télévision.

 

Son chien réclame sa sortie quotidienne ? Pas de problème ! Le jeune homme se lève, désassemble sa manette en deux pour la « coller » de chaque côté d'un petit écran qu'il extirpe de la console de salon... Et de poursuivre tranquillement sa partie de Zelda en extérieur, assis sur un banc pendant que son toutou s'égaye dans le parc.

 

La cartouche de jeu est de retour

 

Dans une autre séquence, deux jeunes s'affrontent dans une course de Mario Kart sur le même écran amovible. La scène se déroule dans un van, avec chacun des deux joueurs tenant une partie de la manette pour contrôler leurs personnages.

 

Avec cette Switch, qui s'adresse clairement aux fans de jeux vidéo et non plus principalement aux enfants ou aux adultes plutôt réfractaires, Nintendo espère retrouver le chemin du succès après l'échec commercial de la Wii U. Car si Wii, commercialisée en 2007, avait dépassé les 100 millions d'exemplaires écoulés grâce à son système de manettes à détection de mouvement, sa grande sœur, Wii U, a péniblement dépassé les 10 millions d'unités quatre ans après sa naissance.

 

La Switch ambitionne de mieux coller aux tendances actuelles du jeu vidéo en alliant la puissance graphique d'une console de salon et la mobilité d'une ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant