La "neutralité du net", un principe de non-discrimination qui fait débat

le
0
La "neutralité du net", un principe de non-discrimination qui fait débat
La "neutralité du net", un principe de non-discrimination qui fait débat

La "neutralité du net", que Manuel Valls souhaite inscrire dans la loi française, est un principe censé garantir un même accès à internet à tous les internautes et un traitement technique identique aux fournisseurs de contenus, quels que soient leurs revenus ou leur puissance financière.Cette disposition, qui régit internet depuis ses débuts, est une règle de non discrimination. Elle empêche les fournisseurs d'accès de jouer sur la vitesse à laquelle sont transmis les paquets de données sur le réseau, pour favoriser certains moteurs de recherche ou sites de vidéo par exemple. "L'idée, c'est de faire en sorte qu'aucun contenu ne bénéficie d'un traitement préférentiel et ne s'affiche plus vite que les autres", explique Adrienne Charmet, de l'association La Quadrature du Net. En d'autres termes: que le fournisseur ne puisse pas brider ou favoriser le débit de tel ou tel service, moyennant finance.L'explosion du trafic liée à l'engouement des internautes pour la vidéo, très gourmande en bande passante, a en effet poussé les opérateurs, ces dernières années, à privilégier certains flux au détriment d'autres, pour des raisons commerciales.Cela passe par des interventions techniques pour mieux répondre aux pics de consommation, mais aussi par des accords particulièrement opaques avec les sites et autres acteurs, gros (Facebook, Google ou Apple) ou petits (Deezer, vente-privee.com ou lemonde.fr), dont les données inondent les réseaux.Du côté des fournisseurs d'accès, on justifie ces accords commerciaux par les coûts élevés que font peser les nouvelles pratiques des internautes, notamment le visionnage de vidéos en ligne sur des sites comme Youtube, Dailymotion ou bien Netflix."La neutralité de l'internet a des limites" comme la "congestion des réseaux ou l'innovation elle-même", a estimé le patron de l'opérateur Orange Stéphane Richard au cours d'une conférence organisée par le ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant