La nécessité d'une réponse globale à la crise financière

le
0
DÉCRYPTAGE - Dans la crise ce ne sont plus seulement les États et leurs triples «A» qui sont, pour certains, au bord du gouffre. Les établissements financiers, pour leur avoir prêté de l'argent en masse se trouvent autant sur la sellette.

Les agences de notation s'en sont prises tout au long de la semaine aux États, aux institutions européennes et aux banques. Leurs mises en garde répétées ont légitimement agacé. Mais force est de reconnaître que dans cette crise ce ne sont plus seulement les États et leurs triples «A» qui sont, pour certains, au bord du gouffre. Les établissements financiers, pour leur avoir prêté de l'argent en masse se trouvent autant sur la sellette. Et en fin de compte, le système européen dans son entier ainsi que l'euro, sa clé de voûte.

C'est à cette aune -un risque de conflagration systémique- qu'il faut évaluer les décisions annoncées vendredi à Bruxelles, et la veille à Francfort par la Banque centrale européenne. Cette dernière a souvent été présentée comme le pare-feu ultime: la planche à billets renflouerait les États. En fait, la BCE se contentera, pour ainsi dire, de sauver le système bancaire. Mais ce rôle de prêteur en dernier ressort des banques, p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant