La NBA s'engage contre la violence par armes à feu aux Etats-Unis

le
0
    NEW YORK, 24 décembre (Reuters) - Les stars de la NBA, le 
championnat nord-américain de basket-ball, se sont mêlées au 
débat sur les violences par armes à feu aux Etats-Unis dans une 
campagne télévisée dévoilée mercredi qui se garde cependant 
d'appeler explicitement à un contrôle des armes. 
    Le film publicitaire de 30 secondes, réalisée par le 
cinéaste Spike Lee, met en scène Stephen Curry, le joueur 
vedette des Golden State Warriors, Carmelo Anthony des New York 
Knicks ou encore Joakim Noah des Chicago Bulls au milieu 
d'Américains ordinaires. 
    Dans ce spot, qui sera diffusé lors des matches de la NBA 
retransmis sur ABC et ESPN, ils y évoquent leur expérience 
personnelle des violences par arme à feu. 
    "Aux Etats-Unis, 88 personnes meurent chaque jour de 
violence par arme à feu", conclut le message publicitaire, 
invitant à se connecter sur le site 
Everytown.WeCanEndGunViolence.org. 
    Ce message a été conçu en partenariat avec le collectif 
Everytown for Gun Control de l'ancien maire de New York Michael 
Bloomberg, figure du mouvement pour un contrôle accru sur les 
ventes d'armes aux Etats-Unis. 
    L'expression "gun control" (contrôle des armes), sujet 
sensible dans un pays où le Deuxième Amendement de la 
constitution garantit le port d'armes, n'est cependant pas 
utilisée. 
    Pour Marc Ganis, président de Sportscorp, une firme de 
consultants spécialisée dans l'industrie et le marketing du 
sport, les stars de la NBA peuvent toutefois jouer un rôle dans 
le débat. 
    "Ces joueurs sont des icônes auprès de certaines communautés 
urbaines marquées par les violences par armes à feu. Ils ne 
changeront rien pour les membres des gangs. En revanche, cela 
pourrait modifier les choses pour les enfants avant qu'ils ne 
basculent dans ce type de vie", dit-il. 
    Ce n'est pas la première fois que la NBA s'aventure sur le 
terrain politique: l'an passé, certains des meilleurs joueurs de 
la ligue avaient revêtu un tee-shirt sur lequel était inscrite 
la phrase "I can't breathe" (je n'arrive pas à respirer), 
prononcée par Eric Garner, un Noir new-yorkais, lors de son 
interpellation musclée par des policiers à laquelle il n'a pas 
survécu. 
 
 (Barbara Goldberg; Henri-Pierre André pour le service français) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant