La musique enfin en haute définition

le
0
Baladeurs 24 bits, Blu-ray audio, amplis de qualité studio : la hi-fi fait un retour inattendu dans notre quotidien. Pour le plus grand plaisir des mélomanes.

Après des années d'écoute appauvrie par la compression MP3 et une numérisation plus au moins bien maîtrisée, le son hi-fi est enfin de retour. Le succès des plates-formes de musique en ligne spécialisées dans la haute définition, comme Qobuz, et l'émergence d'un nouveau support audio, le Blu-ray Pure Audio, lancé par Universal Music en mai dernier, s'accompagnent d'une nouvelle génération d'équipements hi-fi destinés au grand public. Baladeurs, mini-chaînes et amplis, convertisseurs audio, smartphones: une quantité de constructeurs se rallient désormais au 24 bits, un standard de numérisation qui garantit la meilleure restitution de l'enregistrement original

Fichiers haute définition

Cette montée en puissance répond à une nouvelle approche de la musique. «Les habitudes d'écoute nées avec les baladeurs et les MP3 ont changé: à la quantité on préfère maintenant la qualité», estime Lionel Palhol, directeur technique de Bowers & Wilkins, une marque de matériel audio haut de gamme. Le marché des casques audio et des écouteurs de qualité ne cesse de progresser (+13 % en 2012) et les vieux disques vinyles se vendent de plus en plus (20 % du marché). «On note une véritable recherche de la qualité en audio, renchérit Yves Riesel, fondateur de Qobuz. Les jeunes n'hésitent plus à dépenser leur argent dans des gros casques chers pour écouter leur musique plus confortablement.»

Site grand public, à la différence d'autres plates-formes pour mélomanes, Qobuz ne distribue plus de fichiers MP3 mais uniquement des fichiers en qualité CD, aux formats Flac, Ogg, Alac ou AIFF. Cette activité représente 65 % de son chiffre d'affaires. Le reste provient de la vente de fichiers en haute résolution (24 bits), dans un catalogue de 4 000 albums. «À l'origine, notre public se composait surtout des "hifistes" qui voulaient se mettre à la musique en ligne, indique Yves Riesel. Ils cherchaient en priorité la meilleure qualité audio, sans privilégier un genre en particulier. Mais nous avons capté de nouveaux clients avec le dernier album de Daft Punk, proposé en Studio Master, soit la meilleure qualité. En majorité des jeunes qui n'ont jamais acheté de musique en haute définition.»

«On s'est trompé de cible»

C'est aussi pour répondre à cette quête de qualité que Universal Music a lancé le Blu-ray Pure Audio. Un disque audio comparable à un CD, vendu dans une jaquette de DVD, mais avec les caractéristiques sonores du Blu-ray: numérisation en haute définition 24 bits et 96 kHz minimum. Pour l'instant, le catalogue compte une trentaine d'albums (variété, jazz, classique) à 19,99 ¤. Une initiative louable, même si les spécialistes de la hi-fi s'interrogent sur le choix d'un support physique dans le contexte actuel de dématérialisation de la musique et sur le public visé. «La majorité des gens équipés en Blu-ray ont acheté des lecteurs bas de gamme pour regarder des films, observe Guy Boselli, PDG de Sound & Colours, distributeur de matériel hi-fi. Ce sont rarement des mélomanes en quête de bonne qualité audio. Je pense qu'on s'est trompé de cible.» D'autant plus que le Blu-ray n'est pas forcément un gage de perfection.

«La qualité ne se réduit pas au support technique, poursuit Guy Boselli. Il y a de bons et de mauvais vinyles, de bons et de mauvais CD, et de bons et de mauvais fichiers numériques. Le plus important, c'est la qualité de la prise de son: un fichier en haute définition dont la prise de son est médiocre produira des résultats médiocres. Regardez les CD dans les années 1980: on était au début du numérique, la technologie était mal maîtrisée, et les résultats pouvaient se révéler d'une qualité épouvantable, au point que plusieurs disques ont dû être remastérisés quelques années plus tard.»


Crédits photo : Un Walkman 24 bits

Si les sources audio en haute définition sont bien là, les équipements pour les écouter se faisaient encore rares jusqu'à présent. Une aberration quand toutes les technologies ne cessent d'évoluer. «Dans l'univers de la télévision, on est d'abord passé à la HD et on arrive maintenant à la 4K. Or, le son ne suit pas», résume Hugo Dutrey, chef de produits audio chez Sony. D'où l'idée de la marque: proposer des produits bon marché conçus pour restituer les meilleurs enregistrements numériques. L'ampli UDA-1 (1) est équipé de circuits de conversion numérique en haute résolution (600 ¤), et le lecteur de salon à disque dur HAP-Z1ES reproduit n'importe quel format audio­(MP3, Flac, WMA, Alac, Atrac, AIFF, DSD et DSF) et peut même recréer une partie des fréquences perdues dans le processus de compression (900 ¤). Pour obtenir la meilleure qualité, ces appareils se relient en USB à un ordinateur et décodent par eux-mêmes le signal numérique.

Mieux: Sony lance aussi un baladeur audio capable de lire les fichiers encodés en 24 bits à 192 kHz, le Walkman NWZ-F886 (350 ¤) (2). Jusqu'à présent, seules quelques petites marques, comme FiiO ou iRiver avec ses modèles AK100 et AK120, proposaient des baladeurs hi-fi capables de décoder des fichiers dans cette résolution.

Le géant Sony apporte sa caution à un secteur que d'autres constructeurs ont défriché, comme Denon avec ses mini-chaînes Ceol, vendues à partir de 600 ¤, ou Micromega avec ses boîtiers MyDAC (décodeur hi-fi USB), MyZic (pour casque audio) et MyGroov (pour platines vinyles), de 200 à 250 ¤. Avec un résultat incomparable: un son plus naturel et plus précis, qui reproduit fidèlement la dynamique des enregistrements. Il en existe même des versions sans fil, comme le Stream Source de Cabasse (350 ¤), un émetteur Bluetooth à installer sur une chaîne audio, capable de décoder les fichiers en 24 bits. «Pour toute une génération, depuis une quinzaine d'années, la musique s'écoute en mobilité, remarque Yves Riesel. Depuis quelque temps, on constate un retour à des solutions d'écoute qui restituent au mieux la musique en ligne, avec des mini-chaînes, des ordinateurs reliés à de bons haut-parleurs ou encore l'écoute au casque. C'est un contexte qui favorise la qualité.»

Même les fabricants de smartphones s'intéressent à la musique en haute définition. Le dernier modèle de LG, le G2, et le Samsung Galaxy Note III sont ainsi équipés de composants audio capables de restituer la musique en 24 bits/192 kHz. Le HTC One, lui, peut aussi lire des fichiers audio en 24 bits, mais limités à 96 KHz. Ne manquent plus que les iPod et iPhone pour lancer définitivement le mouvement.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant