La mortalité routière en hausse en 2014, une première depuis 12 ans

le
3
La mortalité routière en hausse en 2014, une première depuis 12 ans
La mortalité routière en hausse en 2014, une première depuis 12 ans

Il s'agit de la première hausse annuelle depuis 2001. Le ministre de l'Intérieur va s'adresser lundi au bureau du Conseil national de la sécurité routière. Il doit leur annoncer qu'entre 120 et 140 morts de plus ont été comptabilisés en 2014 par rapport à 2013, selon trois sources proches de la sécurité routière interrogées. La France est pourtant une bonne élève dans l'Union européenne.

Le nombre de morts sur les routes avait reculé de 10,5% en 2013 atteignant un nouveau record à la baisse depuis 1948, l'année des premières statistiques. Il y avait eu 3268 tués en 2013 soit 403 vies épargnées en un an. Le gouvernement avait affiché l'an dernier un objectif de diminuer à 2.000 le nombre de morts par an sur les routes en 2020.

Une baisse constante depuis 40 ans

A quelques rares exceptions, comme l'année 2001, le nombre de morts sur les routes est en baisse constante depuis 1973. Cette année-là, les autorités avaient recensé plus de 18 000 morts en France. La mortalité a ainsi été divisée par cinq en un peu plus de quarante ans en France.

«Le ministre va nous annoncer une remontée de la mortalité après 12 ans de baisse. Cette remontée est d'autant plus inacceptable qu'elle était évitable», a réagi Chantal Perrichon, la présidente de la Ligue contre la violence routière. Elle pointe «la responsabilité de la puissance publique qui n'a annoncé aucune nouvelle mesure depuis mars 2013», et la mise en place de radars de la troisième génération dans les voitures banalisées, selon la responsable associative.

Pour réduire la mortalité sur les routes, la Ligue contre la violence routière demande la mise en place rapide d'une loi interdisant les avertisseurs de radar, le passage de 90 à 80 km/h de la limitation de la vitesse sur le réseau secondaire français ou l'interdiction de toute pratique de téléphone au volant, y compris le recours au bluetooth.

La réduction de la vitesse à 80 km/h testée ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le samedi 24 jan 2015 à 16:45

    mobiles, refus de priorité, non respect des panneaux feux.... sans oublier les piétons sur les passages cloutés exercice périlleux, , de la folie!!!....

  • mickae82 le samedi 24 jan 2015 à 16:29

    quand je vois une majorité des conducteurs je suis étonné qu'il n'y ait pas plus d'accidents

  • LeRaleur le samedi 24 jan 2015 à 15:44

    Ils pensaient qu'on allait aller vers zéro.