La mort et le voyage au menu du bac de français

le
1
Vous vous demanderez dans quelle mesure la mise en scène renforce l'émotion que suscite le texte théâtral est l'une des questions sur lesquelles planchaient les candidats ce vendredi 19 juin.
Vous vous demanderez dans quelle mesure la mise en scène renforce l'émotion que suscite le texte théâtral est l'une des questions sur lesquelles planchaient les candidats ce vendredi 19 juin.

Les sujets de bac de français sur lesquels les futurs bacheliers littéraires planchent en ce vendredi les invitent au voyage. Pas sûrs pourtant qu'ils leur donnent des ailes... Au menu de cette matinée : quatre textes (dans les couloirs des lycées, on appelle cela "un corpus") signés, à l'exception d'un seul commis par Lamartine, d'illustres inconnus : Jean-Pierre Claris de Florian, Jean de La Ville de Mirmont et un certain Jean-Michel Maulpoix.

Tous traitent du voyage, donc, et les candidats ont le choix entre composer un commentaire du poème de Lamartine, disserter pour savoir si la poésie invite, ou non au voyage, ou "inventer", tant il est vrai que la conversation que les jeunes gens vont devoir imaginer est de l'ordre du fantasme : "Deux lycéens confrontent leurs points de vue sur le rôle du voyage pour nourrir l'inspiration poétique : l'un estime le voyage indispensable, l'autre lui oppose que l'on peut faire ?uvre poétique sans avoir voyagé."

Ce sujet d'invention est chaque année celui que choisissent la majorité des candidats. Une pensée pour eux, mais aussi pour leurs correcteurs qui vont beaucoup souffrir !

Les futurs bacheliers S et ES sont davantage en terres familières (quoique...) Au menu de leur épreuve, Racine, Ionesco et Laurent Gaudé, et... la mort. Le tout doit les amener à réfléchir au théâtre du XVIIe siècle à nos jours. C'est Laurent Gaudé qui recueille l'honneur du commentaire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le vendredi 19 juin 2015 à 11:07

    La conception de la mort à 17-18 ans, pauvre EN... A cet âge et heureusement on se croit immortel sinon ils se suicideraient tous, un peu plus tôt ou un peu plus tard...à l'échelle de l'humanité.....peanuts....