La mort de Pierre Fabre plonge les laboratoires dans l'expectative

le
4
La mort de Pierre Fabre plonge les laboratoires dans l'expectative
La mort de Pierre Fabre plonge les laboratoires dans l'expectative

Pierre Fabre, fondateur du laboratoire pharmaceutique du même nom ? l'un des trois plus grands laboratoires français ? est mort samedi matin à son domicile de Lavaur (Tarn). Âgé de 87 ans, le chef d'entreprise est décédé à 10 heures du matin des suites d'une longue maladie.

Le capitaine d'industrie a bâti en 50 ans un empire pharmaceutique international et marqué de son empreinte le monde des médias et du rugby. Tout au long de sa carrière, il a tenu à conserver aux laboratoires Pierre Fabre leur ancrage régional dans son Tarn natal. Cet attachement viscéral à son département s'était traduit aussi pendant 25 ans par son soutien financier au Castres Olympique, champion de France en titre de rugby.

? Un industriel prospère. Né à Castres le 16 avril 1926, d'abord simple pharmacien d'officine, ce «self-made man» à la française est décédé à son domicile d'En Doyse à Lavaur. A Castres, une ville de 45 000 habitants, la pharmacie où tout a commencé existe toujours. En 1961, Pierre Fabre, qui a alors 35 ans, y invente le premier veinotonique et crée le laboratoire qui porte son nom. Quatre ans plus tard, il acquiert les laboratoires Klorane, point de départ de ses activités dans la dermo-cosmétique. Ce secteur représente aujourd'hui plus de la moitié (53%) des revenus du groupe, soit 1,045 Md? sur 1,978 Md? fin 2012.

Il compte 10 000 salariés dans le monde, dont 6 700 en France, ce qui manifeste un ancrage national rare pour une entreprise de cette taille, forte de 42 filiales et diffusant ses produits dans 130 pays.

CARTE. Le Tarn, fief de Pierre Fabre

Afficher Le Tarn, fief de Pierre Fabre sur une carte plus grande

? A l'abri des raids boursiers. L'homme était d'une légendaire discrétion. Et son groupe non coté en bourse n'est pas tenu de communiquer ses résultats, contrairement à ses concurrents. Pierre Fabre n'en exerçait plus la direction opérationnelle depuis plusieurs années, mais, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • marsupi8 le samedi 20 juil 2013 à 23:06

    il reste quelque vrai entrepreneur en france et surtout des bons gestionnaires ! pas beaucoup mais y en a !

  • indyta le samedi 20 juil 2013 à 19:39

    parti ,plus pauvre,

  • indyta le samedi 20 juil 2013 à 19:38

    6700 salaries en France sur 10000,ce brave a su aller de l avant sans hypocrisie;et il n est pas parti plus pour autant

  • indyta le samedi 20 juil 2013 à 19:36

    comme quoi, quand on veut,on peut;a savoir etre pionner et prospere dans un pays soit disant non competitif,ou les charges ,taxes,et autres prelevements sont trop lours,mettant un frein a toutes entreprises energiques!beau pieds de nez a ces discours de propagande ultraliberale;amha