La mort de Ben Laden relance le jeu afghan

le
0
Kaboul et Islamabad tirent les conséquences de l'élimination du chef d'al-Qaida.

Ben Laden est mort, mais son fantôme va rôder longtemps encore dans la région. L'insurrection afghane ne pouvant se réduire à al-Qaida, la disparition du chef de l'organisation terroriste, le 2 mai dernier, n'aura pas a priori de conséquences directes sur la rébellion menée par les talibans contre les forces de la coalition internationale. Elle pourrait en revanche avoir un impact indirect important sur la région et sur les relations établies entre Washington et Islamabad, la capitale du Pakistan, au lendemain du 11 septembre 2009.

La disparition du patron d'al-Qaida pourrait «rendre le processus de transition plus facile et aider la réconciliation», a estimé mercredi le ministre des Affaires étrangères afghan, Zalmaï Rassoul. Partant du principe que le lien entre al-Qaida et les talibans afghans repose en grande partie sur la relation personnelle entre les chefs des deux mouvements - Ben Laden et le mollah Omar - le général David Petraeus espère lui aussi

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant