La mort d'un blogueur iranien en prison bouscule le pouvoir

le
0
Les nouveaux médias numériques qui ont relayé la nouvelle de la mort en prison du blogueur Sattar Behechti ne permettent plus au pouvoir iranien d'étouffer une affaire qui se politise à quelques mois de l'élection présidentielle.

Correspondante au Moyen-Orient

Sattar Behechti connaissait le prix de son engagement. Quelques jours avant son arrestation, le 28 octobre, l'activiste iranien de 35 ans écrivait sur son blog ( en persan): «Hier, ils ont menacé de dire à ma mère qu'elle porterait bientôt du noir si je ne la fermais pas. Ils ont dit «on fait tout ce qu'on veut». Vous allez la fermer et vous arrêter de donner des infos sinon on va vous étrangler, dans l'anonymat! Nuit et jour, les menaces par téléphone n'arrêtent pas. En tant qu'Iranien, je dis que je ne peux pas rester silencieux devant tous ces malheurs».

Une semaine plus tard, un appel téléphonique à sa famille lui ordonnait froidement de venir récupérer sa dépouille. Que s'est-i...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant